Parution de l’ouvrage « Argumentation. Analyser textes et discours » de Marianne Doury

L’équipe du GRAL est heureuse d’annoncer la parution de l’ouvrage Argumentation. Analyser texte et discours de Marianne Doury.

Présentation de l’éditeur:
« Argumentation. Analyser textes et discours est une méthode qui vise à donner des clés pour entrer dans les discours par l’argumentation. Elle ne prétend pas guider la production d’argumentations, mais outiller ceux qui, confrontés à des échanges argumentés, cherchent à en extraire la structure et la dynamique, en identifiant les principaux noeuds de désaccord et les procédés qui contribuent à les renforcer ou à les résoudre. L’ouvrage propose des catégories centrales pour l’analyse argumentative, et montre ces catégories à l’oeuvre dans des exemples diversifiés : conversations quotidiennes, discours politiques, articles de presse, émissions de divertissement… Il s’adresse à toute personne amenée à élucider le fonctionnement de discours argumentatifs – que ses interrogations naissent du champ linguistique, littéraire, sociologique, psychologique, communicationnel… »

Voir la fiche de l’éditeur

Journée d’étude « Argumentation et rhétorique »

L’équipe du GRAL est heureuse d’annoncer la journée d’étude « Argumentation et rhétorique« , organisée dans le cadre du séminaire doctoral ADA (« argumenter, décider, agir »). Emmanuelle Danblon y présentera une conférence intitulée Les types de décision (délibératif et épidictique chez Aristote et Perelman).

La journée se tiendra le vendredi 25 mars 2016, de 09h30 à 17h00, à la Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société (MESHS) de Lille.

Voir le programme de l’événement

Annonce de parution : Marc Angenot, O Discurso social e as retóricas da incompreensão…

O Discurso social e as retóricas da incompreensão: consensos e conflitos na arte de (não) persuadirL’équipe du GRAL est heureuse d’annoncer la parution, en traduction portugaise (Brésil), d’une synthèse des réflexions et des travaux de Marc ANGENOT (Univ. McGill, Montréal) sur le discours social, la rhétorique, l’argumentation, la (non) persuasion, le dissensus… L’ouvrage de 215 pages, publié aux Editions de l’Université de Sao Carlo (EdUFSCar), s’intitule : O Discurso social e as retóricas da incompreensão: consensos e conflitos na arte de (não) persuadir.

Présentation de l’éditeur : O que produz o entendimento e o desentendimento nos diálogos dos sujeitos de uma sociedade? Quais são os papéis desempenhados pelos discursos nos consensos e nos conflitos sociais? Se a Retórica ensina-nos desde a Antiguidade a persuadir aquele com quem falamos, por que convencer o outro continua a ser uma tarefa tão difícil? Essas e outras questões são lançadas por Marc Angenot, que se dedica há mais de 50 anos a lhes formular repostas. Neste livro, o leitor encontrará uma preciosa síntese de sua vasta obra consagrada a demonstrar com rigor e originalidade como se dá a produção dos discursos hegemônicos e dissidentes, que cumprem função decisiva na construção e na desconstrução dos laços sociais.

Site de référence

Colloque international : Texte et discours en confrontation dans l’espace européen Pour un renouvellement épistémologique et heuristique (Metz, 15-18 septembre 2015)

L’équipe du GRAL a le plaisir d’annoncer l’organisation d’un Colloque international à l’Université de Lorraine (Metz, France), du 15 au 18 septembre 2015, sur le thème : « Texte et discours en confrontation dans l’espace européen. Pour un renouvellement épistémologique et heuristique ».

Marc ANGENOT et Sophie MOIRAND donneront une conférence plénière le 16 septembre sur les « Discours sociaux. Histoire et controverses à l’épreuve de la sémantique discursive, de la rhétorique et de l’histoire des idées ».

Consulter le programme

Site du colloque

Contact : textediscours2015@gmail.com

Publication des actes du Congrès 2014 de l’Association Canadienne de Rédactologie (ACR/CASDW) : Articles de Victor Ferry, Benoît Sans et Loïc Nicolas

L’équipe du GRAL est heureuse d’annoncer la publication des Actes du Congrès 2014 de l’Association Canadienne de Rédactologie (ACR/CASDW) qui s’est tenu à Saint Catherines, Ontario, Canada (Brock University) sur le thème : « Borders without Boundaries: Research and Pedagogy in Writing and Discourse ». Au titre des activités du GRAL, le recueil, édité par Jo-Anne André, comprend :

  • un article de Victor FERRY et Benoît SANS : « Educating Rhetorical Consciousness » ;
  • et un autre de Loïc NICOLAS : « Rhetoric with a Human Face: Practicing Argumentation for Emancipation ».
Présentation de l’ACR/CASDW : The Canadian Association for the Study of Discourse and Writing (CASDW) is a bilingual scholarly association dedicated to advancing the study and teaching of discourse, writing, and communication in academic and nonacademic settings—higher education, business, government, and nonprofit organizations. For this purpose, CASDW brings together researchers, teachers, and practitioners from diverse disciplines and professions—English, Education, Engineering, Business, the Humanities, the Social Sciences, the Natural Sciences, and others—who study and teach both written and oral communication, including visual and digitally mediated communication. Members come from across Canada and the US.

Consulter le site de la société

Télécharger l’ouvrage au format .pdf (2014 CASDW/ACR)

Journée d’échanges sur deux aspects de la rhétorique avec Ruth Amossy et Christian Plantin (10 avril 2015, Sciences Po Lyon)

L’équipe du GRAL est heureuse d’annoncer que la revue Mots. Les langages du politique (ENS-Editions) et la Société d’études des langages du politique (SELP) organisent, avec le soutien des UMR 5191 ICAR et 5206 Triangle (ENS de Lyon / CNRS), une journée d’échanges sur deux aspects de la rhétorique. L’activité aura lieu ce vendredi 10 avril dans la Salle du Conseil de Sciences Po Lyon.

10h-12h

Ruth AMOSSY : Les fonctions de la polémique dans l’espace public contemporain

14h-16h

Christian PLANTIN : Présenter un état de l’art en argumentation à Al Azhar

Adresse : 14 avenue Berthelot Lyon 7e

Site de référence

Journée d’étude: l’écrit académique dans une perspective rhétorique (Université de Neuchâtel, 22 mai 2015)

L’équipe du Gral est heureuse d’annoncer la journée d’étude internationale: L’ÉCRIT ACADÉMIQUE DANS UNE PERSPECTIVE RHÉTORIQUE, organisée par Thierry Herman à l’Université de Neuchâtel (22 mai 2015).

Liste des contributions

Francis Grossmann (Université de Grenoble 3): Les lieux de l’évidence dans la rhétorique scientifique
Marie-Christine Pollet (Université Libre de Bruxelles): Ouvrir un nouveau courant dans la recherche : un ethos de pionnier à construire entre tradition, originalité et engagement
Agnès Tutin (Université de Grenoble 3): Rhétorique de la surprise dans les écrits scientifiques
Christian Plantin (Université de Lyon 2): Types et typologies des argument(ation)s : le legs de la rhétorique
Thérèse Jeanneret et Victoria Béguelin (Université de Lausanne): La certification d’un niveau de maîtrise de langues étrangères étudiées à l’université : une manière de se familiariser avec les attentes rhétoriques dans les différents genres académiques pratiqués
Victor Ferry (Université Libre de Bruxelles et University of Oxford): Le tact des mots : écrire l’histoire sur un sujet sensible
Thierry Herman (Universités de Neuchâtel, de Lausanne et de Suisse italienne): Rhétorique de l’introduction : entre captatio et partitio

Voir l’argumentaire et le programme détaillé

Parution : La philosophie comme institution discursive (Dominique Maingueneau, Lambert-Lucas, 2015)

L’équipe du GRAL a le plaisir d’annoncer la parution du dernier ouvrage de Dominique MAINGUENEAU, paru aux Éd. Lambert-Lucas, sous le titre : La philosophie comme institution discursive.

Présentation de l’éditeurCe livre s’inscrit dans une perspective d’analyse du discours. À ce titre, il s’efforce de sortir de l’alternative ruineuse entre des approches qui sont censées démonter les rouages des textes pour ressaisir le sens des doctrines, et des approches d’ordre sociologique qui cherchent ses déterminations à l’extérieur. Si l’on veut ainsi appréhender la philosophie comme discours, la « scène d’énonciation », qui n’est réductible ni au texte ni à une situation de communication qu’on pourrait décrire de l’extérieur, est amenée à jouer un rôle crucial. Une théorie du discours ne se contente pas, en effet, d’articuler texte et contexte, car cela reviendrait à présupposer le partage même qu’elle entend surmonter. Elle met en évidence une activité énonciative qui doit gérer sa présence à la fois dans le monde qu’elle construit et dans le monde où elle se construit, une activité qui doit légitimer la situation d’énonciation dont elle prétend surgir. On peut dès lors parler d’une institution discursive de la philosophie, par laquelle se nouent l’institution comme processus de construction d’une légitimité, et l’institution comme appareil organisant une pratique : la structure du champ, le statut du philosophe, les genres… À travers le monde qu’elle configure en déployant son texte, l’énonciation réfléchit en les légitimant les conditions de sa propre activité. L’institution discursive est ainsi le mouvement par lequel passent l’un dans l’autre, pour s’étayer, l’œuvre et ses conditions d’énonciation. La première partie du livre présente un réseau de concepts pertinents pour l’analyse du discours philosophique. La seconde contient sept études, groupées autour de trois thèmes : les genres, l’argumentation, la figure de l’auteur.

Consulter la table des matières

Url de référence

Annonce de parution: « Aristole’s Topics » dans la Revue Internationale de Philosophie (vol. 68 no. 270)

L’équipe du GRAL est heureuse d’annoncer la parution du dernier numéro de la Revue Internationale de Philosophie consacrée aux Topiques d’Aristote. Au sommaire de ce numéro:

Michel MEYER
Introduction

Fabio PAGLIERI
Accepted by whom? On the Empirical Roots of Aristotle’s Dialectic

Victor FERRY – Emmanuelle DANBLON
The Places of Inventio: Towards a Rhetorical Approach to the Topics

Fabrizio MACAGNO – Douglas WALTON – Christopher W. TINDALE
Analogical Reasoning and Semantic Rules of Inference

Sara RUBINELLI
Aristotle’s Classification of Topoi

Michel MEYER
What is the Use of Topics in Rhetoric?

Voir la couverture (PDF)

Commander le volume

Annonce de parution du n°5 de la revue Repères-Dorif : « La formule en discours »

L’équipe du GRAL est heureuse d’annoncer la parution du numéro 5 de la revue en ligne « Repères-Dorif » consacré à : « La formule en discours : perspectives argumentatives et culturelles ». Ce numéro a été coordonné par Ruth Amossy, Alice Krieg-Planque et Paola Paissa.

Url de référence : http://www.dorif.it/ezine/

Sommaire du numéro

Calls for papers : Rhetoric and communication standards (24-25 nov. 2014) & Rhetoric in the Knowledge Society (24-27 june 2015)

L’équipe du GRAL est heureuse de relayer les appels à propositions de deux Congrès en rhétorique qui se dérouleront en Pologne : (1) Rhetoric and communication standards, Warsaw, Poland, 24-25 November 2014, (2) Rhetoric in the Knowledge Society,  University of Warsaw, Poland, 24-27 June, 2015.

Rhetoric and communication standards – 24-25 November 2014, Warsaw

Polish Rhetoric Society in association with The Institute of Literary Research of the Polish Academy of Sciences invites you to 13th Conference of Polish Rhetoric Society « Rhetoric and communication standards » (24-25 November 2014, Warsaw, Nowy Świat 72, Staszic Palace, room 144).

Ancient rhetoric had developed a comprehensive model of persuasion. Following its rules and recommendations was thought to increase the chances of the speaker to persuade the audience. The ancient ideal of the vir bonus dicendi peritus (a good man, an experienced speaker) was linked to ethical standards and oratorical competence. From antiquity till today a number of suggestions and recommendations on the principles of effective persuasion has been formulated. In addition to the normative approach, the current research interest lies in the descriptive approach: what standards, practices and cultural norms of persuasive communication developed over the centuries? How are they changing now? What are the new standards and expectations which shape contemporary persuasive communication? We invite you to a joint reflection on rhetoric in the context of norms, standards, practices and social expectations about persuasion. Your paper may addresses the following issues:

• Formulation of standards, rules and recommendations with reference to persuasion (logic, ethics, effectiveness, appropriateness, politeness, etc.)
• Genres of speech and principles of persuasion
• The standards, bans and requisitions in language policy (e.g., censorship, political correctness)
• Violations of communication standards and their impact on persuasion (e.g., provocation, scandal)
• Communication norms and ethics of persuasion in various professions (marketing, commerce, politics, PR, business, science)
• Cultural diversity of guidelines and rules regarding persuasion
• Historical changes of persuasive practices and recommendations for persuasion
• The didactics of persuasion (textbooks, guides, courses).

During the English part of the conference we will be pleased to present our guest speaker Alejandra Vitale (Universidad de Buenos Aires), the President of the Rhetoric Society in Argentina.

Practical information

Calendar:

30 September 2014 – deadline for on-line submissions of paper proposals (20 min presentation) via form

15 October 2014 – notification of acceptance

30 October 2014 – registration deadline: conference fee 350 zł (70 EURO), includes conference materials, lunches and coffee breaks;

31 January 2015 – sending a text for publication. The articles will be selected after a review process.

For additional information please contact us at retoryka.ptr@gmail.com.

Website

Rhetoric Society of Europe
Polish Rhetorical Society and Italian Language Department of the University of Warsaw

Fifth « Rhetoric in Society » Conference (RiS 5)

Rhetoric in the Knowledge Society

University of Warsaw, Poland
24-27 June, 2015

Call for papers

The ideal of sapere aude (« do dare to know ») has been known since antiquity. However, the conceptualization of the Knowledge Society is relatively recent. Knowledge, as one of the key concepts in modern society, may also be viewed from a rhetorical perspective. Knowledge is created within discourses and articulated in texts. These texts contribute to creating the very concept of knowledge and its internal qualifications such as scientific and non-scientific knowledge. The texts persuade the audience to various knowledge claims and dissuade it from others.

The goal of the conference is to articulate ways in which knowledge is conceptualized and made manifest through different rhetorical practices in various contexts of communication within society. We invite papers that address at least one of the two notions of ‘rhetoric’: rhetoric as an object of analysis and rhetoric as a theoretical and methodological framework. Rhetoric as an object of analysis may include, e.g., texts constitutive of academic discourse, scientific popularization, expert discourse, lay discourse on knowledge and dealing with knowledge, as well as representations of knowledge in literature, advertising, art, or humor. Rhetoric as a theoretical and methodological framework encompasses the conceptual and methodological tools elaborated within the long tradition, from the Aristotelian naturalist model of rhetoric to modern developments and innovative approaches that foster the theoretical progress of the discipline.

Proposals may include, but need not be limited to, such areas as:

  • rhetorical strategies involved in the creation, transmission, criticism, and evaluation of knowledge in academic and non-academic settings
  • rhetorical features of texts qualified as conveying scientific knowledge, pop-knowledge, folk-knowledge, common knowledge, pseudo-knowledge
  • the rhetorical analyses of discourses on and carried out within institutions of knowledge (e.g. universities, schools, museums, think-tanks)
  • social mobilization of emotions related to knowledge (e.g. concepts of risk society; confidence or diffidence towards experts; appreciation or depreciation of the humanities)
  • knowledge and power (“disciplinarization” through knowledge vs. empowerment through knowledge; policies of knowledge)
  • knowledge and knowledge workers as object of cultural representations in literature, art, film, humor, advertising.

The above topics is by no means closed; we are open to further proposals. Please do not hesitate to contact us with other suggestions and ideas that best satisfy your expectations concerning the programme. We welcome also ideas for panels from scholars willing to lead a session.

Website

Colloque « Argumentation et Langage » – Lausanne, 9-15 septembre 2015

Argumentation & Langage
Marqueurs linguistiques, processus discursifs, opérations cognitives
9-11 septembre 2015
Université de Lausanne

Le CoRReA (Collectif Romand de Recherche sur l’Argumentation) a le plaisir de vous inviter à participer au colloque « Argumentation et langage » qui se tiendra à l’Université de Lausanne du 9 au 11 septembre 2015.

Le colloque s’adresse en priorité aux chercheurs en sciences du langage et de la communication, ainsi qu’aux chercheurs en sciences cognitives intéressés par la description du fonctionnement langagier de l’argumentation.

Les chercheurs sont invités à soumettre des propositions de communication s’inscrivant dans un ou deux des axes spécifiés ci-après : a) marqueurs linguistiques ; b) processus discursifs ; c) opérations cognitives.

a) Marqueurs linguistiques

Les argumentations que produisent les locuteurs sont contraintes par les langues naturelles dans lesquelles elles sont formulées : on reconnaît ici la question de l’inscription langagière de l’argumentation, qui sera au centre du colloque. A ce titre, beaucoup d’approches ont vis-à-vis du langage naturel une attitude de méfiance, voir de défiance : celui-ci est vu – selon l’expression de Jacobs et Jackson (1992 : 74) – comme un « rideau » qu’il s’agit de lever pour rendre visibles les processus de raisonnement sous-jacents. Comme le résume bien Marianne Doury (2010 : 3), le premier souci de telles approches semble être « de “ débarrasser ” les argumentations soumises à l’analyse de leurs oripeaux langagiers, soupçonnés faire obstacle à la saisie de leur structure logique ou conceptuelle » (2010 : 3).

A l’opposé d’une telle vision, le colloque entend faire le point sur les différentes recherches qui se proposent d’investiguer avec rigueur et systématicité les marqueurs linguistiques de l’argumentation. On attend donc des travaux qui, quelle que soit leur orientation méthodologique, montrent en quoi la description de certaines unités de la langue est essentielle à la connaissance du fonctionnement de l’argumentation (et réciproquement). Plusieurs pistes peuvent ici être envisagées (liste indicative et non exhaustive). La théorie de l’argumentation dans la langue développée depuis le début des années 1980 voit dans l’argumentativité une composante essentielle du sens des énoncés, voire de celui des unités du lexique : elle connaît des développements récents – notamment par la théorie dite des « blocs sémantiques » (Carel 2010). L’étude des connecteurs bénéficie d’une longue et riche tradition dans l’espace francophone des sciences du langage : on encourage bien sûr la présentation de nouvelles recherches sur cette classe d’unités fonctionnelles fournissant diverses instructions de traitement argumentatif. On peut toutefois penser, avec Plantin, que l’étude traditionnelle des connecteurs devrait être élargie et prendre en compte d’autres formes, notamment le métalangage ordinaire de l’argumentation : « L’indicateur […] de fonction argumentatitve peut être indexé sur un terme du lexique ordinaire de l’argumentation : (contre)-argument, […[, prémisse, objection, réfutation… » (2010 : 47). Le colloque espère ainsi des travaux portant sur ce que la recherche anglophone appelle les « indicateurs argumentatifs » (argumentative indicators, voir Van Eemeren et Snoeck Henkemans 2007), définis au sens large comme des « mots et expressions qui sont cruciaux pour une reconstruction adéquate du discours argumentatif » (words and expressions that are crucial for an adequate reconstruction of argumentative discourse). Enfin, les travaux qui tentent de rendre compte des relations de discours entre les énoncés sont les bienvenus, notamment ceux inspirés de la Rhetorical Structure Theory (Mann et Thompson 1988).

b) Processus discursifs

Dans le renouveau de l’approche rhétorique des textes argumentés entamée depuis Perelman & Olbrechts-Tyteca (1958) jusqu’à la création de revues spécialisées en analyse de discours et argumentation (« Argumentation et Analyse du discours ») en passant par la vague des manuels et des dictionnaires des années 1990 (Reboul 1996, Molinié 1992, Groarke & Tindale 2004, Walton 2006 entre autres), les techniques rhétoriques destinées à faire adhérer à un point de vue sont désormais réhabilitées. Il reste toutefois à les investir dans leur pleine dimension langagière et textuelle. Les schèmes argumentatifs, de la typologie de Perelman à celle de Walton & al. (2008), sont ainsi des modes de raisonnement dont l’inscription dans la matérialité langagière mérite un examen plus fin. Plus largement, la question des structures de l’argumentation (Snoeck Henkemans 1992, Walton 1996, Freeman 2011) pourrait, elle aussi, être interrogée à l’aune des plans de textes de la rhétorique ou des questions de cohérence textuelle.

A l’inverse, plusieurs catégories d’analyse des discours pourraient être repensées sous l’angle de la finalité persuasive généralement attribuée à la rhétorique. Le choix de respecter ou non les attentes d’un genre de discours, d’introduire une séquence narrative ou descriptive dans un texte à dominante argumentative, le recours à des intertextes ou à desallusions dialogiques, les choix dans les plans de texte ont-ils des effets argumentatifs que l’on peut identifier comme des schèmes ?

A l’instar de plusieurs travaux sur l’ethos (Maingueneau 1999, Amossy 1999, 2010) ou sur lepathos (Walton 1992, Plantin & al. 2002, Micheli 2010), ce colloque vise à réfléchir à l’interaction entre l’activité argumentative, la situation rhétorique (Bitzer 1968) et l’analyse des discours sur la question du logos. Les tentatives de persuader par l’emprunt à des genres de discours a priori faiblement argumentatifs, la dispositio rhétorique et les structures argumentatives et textuelles, les schèmes argumentatifs et les moyens de les repérer dans la matérialité discursive sont, parmi d’autres sujets de réflexion possibles, certains angles d’attaque que le colloque entend privilégier.

c) Opérations cognitives

Un pan relativement nouveau de l’étude de l’argumentation s’est développé dans les dernières années, en grande partie sous l’influence de la psychologie du raisonnement (Wason 1960, 1966, Evans & Frankish 2009) et de la recherche sur les heuristiques cognitives de traitement (Tversky & Kahneman 1974, Gigerenzer et al. 1999). Notre connaissance des mécanismes cognitifs présidant aux tâches liées au raisonnement – et à l’inférence plus généralement – progresse ainsi aujourd’hui en s’appuyant sur la démarche expérimentale. L’application de ces nouveaux cadres de recherche à l’étude de l’argumentation reste néanmoins souvent cantonnée à l’analyse quasi-exclusive des raisonnements déductifs. De surcroît, les aspects proprement langagiers de l’argumentation ne sont généralement traités que dans le cadre restreint de la persuasion. Cela permet certes d’identifier le rôle argumentatif joué par des structures linguistiques particulières, mais restreint bien souvent la recherche à la seule question de l’efficacité rhétorique de l’argumentation.

L’une des visées de ce colloque est aussi par conséquent de réunir des contributions se situant à l’interface cognition / argumentation qui intègreront prioritairement la dimension discursive et langagière de l’argumentation en traitant des questions suivantes (liste indicative et non exhaustive) : quelles sont les contreparties cognitives de la production et de la réception d’arguments ? Quels sont les facteurs/contraintes cognitives agissant sur le succès/l’échec rhétorique d’un énoncé argumentatif ? La nature fallacieuse de certains arguments ou schèmes argumentatifs peut-elle s’expliquer par la nature du traitement cognitif d’énoncés argumentatifs ? Quelles sont les différentes fonctions cognitives intervenant dans le traitement de l’argumentation, tant du point de vue de la production que de celui de la réception ?

***

Compte tenu de ce qui précède, le comité d’organisation :

  • encourage des propositions de communication portant directement sur les interrelations entre le langage (ses unités, ses niveaux, ses fonctions et modes de traitement), d’une part, et le fonctionnement de l’argumentation, d’autre part.
  • donnera la priorité aux propositions qui explicitent leur méthode et leurs catégories d’analyse et qui privilégient la description de données empiriques constituées en corpus ou provenant d’études expérimentales.
  • sélectionnera les propositions reçues sur la base d’une anonymisation des résumés.