Annonce de parution du n°5 de la revue Repères-Dorif : « La formule en discours »

L’équipe du GRAL est heureuse d’annoncer la parution du numéro 5 de la revue en ligne « Repères-Dorif » consacré à : « La formule en discours : perspectives argumentatives et culturelles ». Ce numéro a été coordonné par Ruth Amossy, Alice Krieg-Planque et Paola Paissa.

Url de référence : http://www.dorif.it/ezine/

Sommaire du numéro

Calls for papers : Rhetoric and communication standards (24-25 nov. 2014) & Rhetoric in the Knowledge Society (24-27 june 2015)

L’équipe du GRAL est heureuse de relayer les appels à propositions de deux Congrès en rhétorique qui se dérouleront en Pologne : (1) Rhetoric and communication standards, Warsaw, Poland, 24-25 November 2014, (2) Rhetoric in the Knowledge Society,  University of Warsaw, Poland, 24-27 June, 2015.

Rhetoric and communication standards – 24-25 November 2014, Warsaw

Polish Rhetoric Society in association with The Institute of Literary Research of the Polish Academy of Sciences invites you to 13th Conference of Polish Rhetoric Society « Rhetoric and communication standards » (24-25 November 2014, Warsaw, Nowy Świat 72, Staszic Palace, room 144).

Ancient rhetoric had developed a comprehensive model of persuasion. Following its rules and recommendations was thought to increase the chances of the speaker to persuade the audience. The ancient ideal of the vir bonus dicendi peritus (a good man, an experienced speaker) was linked to ethical standards and oratorical competence. From antiquity till today a number of suggestions and recommendations on the principles of effective persuasion has been formulated. In addition to the normative approach, the current research interest lies in the descriptive approach: what standards, practices and cultural norms of persuasive communication developed over the centuries? How are they changing now? What are the new standards and expectations which shape contemporary persuasive communication? We invite you to a joint reflection on rhetoric in the context of norms, standards, practices and social expectations about persuasion. Your paper may addresses the following issues:

• Formulation of standards, rules and recommendations with reference to persuasion (logic, ethics, effectiveness, appropriateness, politeness, etc.)
• Genres of speech and principles of persuasion
• The standards, bans and requisitions in language policy (e.g., censorship, political correctness)
• Violations of communication standards and their impact on persuasion (e.g., provocation, scandal)
• Communication norms and ethics of persuasion in various professions (marketing, commerce, politics, PR, business, science)
• Cultural diversity of guidelines and rules regarding persuasion
• Historical changes of persuasive practices and recommendations for persuasion
• The didactics of persuasion (textbooks, guides, courses).

During the English part of the conference we will be pleased to present our guest speaker Alejandra Vitale (Universidad de Buenos Aires), the President of the Rhetoric Society in Argentina.

Practical information

Calendar:

30 September 2014 – deadline for on-line submissions of paper proposals (20 min presentation) via form

15 October 2014 – notification of acceptance

30 October 2014 – registration deadline: conference fee 350 zł (70 EURO), includes conference materials, lunches and coffee breaks;

31 January 2015 – sending a text for publication. The articles will be selected after a review process.

For additional information please contact us at retoryka.ptr@gmail.com.

Website

Rhetoric Society of Europe
Polish Rhetorical Society and Italian Language Department of the University of Warsaw

Fifth « Rhetoric in Society » Conference (RiS 5)

Rhetoric in the Knowledge Society

University of Warsaw, Poland
24-27 June, 2015

Call for papers

The ideal of sapere aude (« do dare to know ») has been known since antiquity. However, the conceptualization of the Knowledge Society is relatively recent. Knowledge, as one of the key concepts in modern society, may also be viewed from a rhetorical perspective. Knowledge is created within discourses and articulated in texts. These texts contribute to creating the very concept of knowledge and its internal qualifications such as scientific and non-scientific knowledge. The texts persuade the audience to various knowledge claims and dissuade it from others.

The goal of the conference is to articulate ways in which knowledge is conceptualized and made manifest through different rhetorical practices in various contexts of communication within society. We invite papers that address at least one of the two notions of ‘rhetoric’: rhetoric as an object of analysis and rhetoric as a theoretical and methodological framework. Rhetoric as an object of analysis may include, e.g., texts constitutive of academic discourse, scientific popularization, expert discourse, lay discourse on knowledge and dealing with knowledge, as well as representations of knowledge in literature, advertising, art, or humor. Rhetoric as a theoretical and methodological framework encompasses the conceptual and methodological tools elaborated within the long tradition, from the Aristotelian naturalist model of rhetoric to modern developments and innovative approaches that foster the theoretical progress of the discipline.

Proposals may include, but need not be limited to, such areas as:

  • rhetorical strategies involved in the creation, transmission, criticism, and evaluation of knowledge in academic and non-academic settings
  • rhetorical features of texts qualified as conveying scientific knowledge, pop-knowledge, folk-knowledge, common knowledge, pseudo-knowledge
  • the rhetorical analyses of discourses on and carried out within institutions of knowledge (e.g. universities, schools, museums, think-tanks)
  • social mobilization of emotions related to knowledge (e.g. concepts of risk society; confidence or diffidence towards experts; appreciation or depreciation of the humanities)
  • knowledge and power (“disciplinarization” through knowledge vs. empowerment through knowledge; policies of knowledge)
  • knowledge and knowledge workers as object of cultural representations in literature, art, film, humor, advertising.

The above topics is by no means closed; we are open to further proposals. Please do not hesitate to contact us with other suggestions and ideas that best satisfy your expectations concerning the programme. We welcome also ideas for panels from scholars willing to lead a session.

Website

Colloque « Argumentation et Langage » – Lausanne, 9-15 septembre 2015

Argumentation & Langage
Marqueurs linguistiques, processus discursifs, opérations cognitives
9-11 septembre 2015
Université de Lausanne

Le CoRReA (Collectif Romand de Recherche sur l’Argumentation) a le plaisir de vous inviter à participer au colloque « Argumentation et langage » qui se tiendra à l’Université de Lausanne du 9 au 11 septembre 2015.

Le colloque s’adresse en priorité aux chercheurs en sciences du langage et de la communication, ainsi qu’aux chercheurs en sciences cognitives intéressés par la description du fonctionnement langagier de l’argumentation.

Les chercheurs sont invités à soumettre des propositions de communication s’inscrivant dans un ou deux des axes spécifiés ci-après : a) marqueurs linguistiques ; b) processus discursifs ; c) opérations cognitives.

a) Marqueurs linguistiques

Les argumentations que produisent les locuteurs sont contraintes par les langues naturelles dans lesquelles elles sont formulées : on reconnaît ici la question de l’inscription langagière de l’argumentation, qui sera au centre du colloque. A ce titre, beaucoup d’approches ont vis-à-vis du langage naturel une attitude de méfiance, voir de défiance : celui-ci est vu – selon l’expression de Jacobs et Jackson (1992 : 74) – comme un « rideau » qu’il s’agit de lever pour rendre visibles les processus de raisonnement sous-jacents. Comme le résume bien Marianne Doury (2010 : 3), le premier souci de telles approches semble être « de “ débarrasser ” les argumentations soumises à l’analyse de leurs oripeaux langagiers, soupçonnés faire obstacle à la saisie de leur structure logique ou conceptuelle » (2010 : 3).

A l’opposé d’une telle vision, le colloque entend faire le point sur les différentes recherches qui se proposent d’investiguer avec rigueur et systématicité les marqueurs linguistiques de l’argumentation. On attend donc des travaux qui, quelle que soit leur orientation méthodologique, montrent en quoi la description de certaines unités de la langue est essentielle à la connaissance du fonctionnement de l’argumentation (et réciproquement). Plusieurs pistes peuvent ici être envisagées (liste indicative et non exhaustive). La théorie de l’argumentation dans la langue développée depuis le début des années 1980 voit dans l’argumentativité une composante essentielle du sens des énoncés, voire de celui des unités du lexique : elle connaît des développements récents – notamment par la théorie dite des « blocs sémantiques » (Carel 2010). L’étude des connecteurs bénéficie d’une longue et riche tradition dans l’espace francophone des sciences du langage : on encourage bien sûr la présentation de nouvelles recherches sur cette classe d’unités fonctionnelles fournissant diverses instructions de traitement argumentatif. On peut toutefois penser, avec Plantin, que l’étude traditionnelle des connecteurs devrait être élargie et prendre en compte d’autres formes, notamment le métalangage ordinaire de l’argumentation : « L’indicateur […] de fonction argumentatitve peut être indexé sur un terme du lexique ordinaire de l’argumentation : (contre)-argument, […[, prémisse, objection, réfutation… » (2010 : 47). Le colloque espère ainsi des travaux portant sur ce que la recherche anglophone appelle les « indicateurs argumentatifs » (argumentative indicators, voir Van Eemeren et Snoeck Henkemans 2007), définis au sens large comme des « mots et expressions qui sont cruciaux pour une reconstruction adéquate du discours argumentatif » (words and expressions that are crucial for an adequate reconstruction of argumentative discourse). Enfin, les travaux qui tentent de rendre compte des relations de discours entre les énoncés sont les bienvenus, notamment ceux inspirés de la Rhetorical Structure Theory (Mann et Thompson 1988).

b) Processus discursifs

Dans le renouveau de l’approche rhétorique des textes argumentés entamée depuis Perelman & Olbrechts-Tyteca (1958) jusqu’à la création de revues spécialisées en analyse de discours et argumentation (« Argumentation et Analyse du discours ») en passant par la vague des manuels et des dictionnaires des années 1990 (Reboul 1996, Molinié 1992, Groarke & Tindale 2004, Walton 2006 entre autres), les techniques rhétoriques destinées à faire adhérer à un point de vue sont désormais réhabilitées. Il reste toutefois à les investir dans leur pleine dimension langagière et textuelle. Les schèmes argumentatifs, de la typologie de Perelman à celle de Walton & al. (2008), sont ainsi des modes de raisonnement dont l’inscription dans la matérialité langagière mérite un examen plus fin. Plus largement, la question des structures de l’argumentation (Snoeck Henkemans 1992, Walton 1996, Freeman 2011) pourrait, elle aussi, être interrogée à l’aune des plans de textes de la rhétorique ou des questions de cohérence textuelle.

A l’inverse, plusieurs catégories d’analyse des discours pourraient être repensées sous l’angle de la finalité persuasive généralement attribuée à la rhétorique. Le choix de respecter ou non les attentes d’un genre de discours, d’introduire une séquence narrative ou descriptive dans un texte à dominante argumentative, le recours à des intertextes ou à desallusions dialogiques, les choix dans les plans de texte ont-ils des effets argumentatifs que l’on peut identifier comme des schèmes ?

A l’instar de plusieurs travaux sur l’ethos (Maingueneau 1999, Amossy 1999, 2010) ou sur lepathos (Walton 1992, Plantin & al. 2002, Micheli 2010), ce colloque vise à réfléchir à l’interaction entre l’activité argumentative, la situation rhétorique (Bitzer 1968) et l’analyse des discours sur la question du logos. Les tentatives de persuader par l’emprunt à des genres de discours a priori faiblement argumentatifs, la dispositio rhétorique et les structures argumentatives et textuelles, les schèmes argumentatifs et les moyens de les repérer dans la matérialité discursive sont, parmi d’autres sujets de réflexion possibles, certains angles d’attaque que le colloque entend privilégier.

c) Opérations cognitives

Un pan relativement nouveau de l’étude de l’argumentation s’est développé dans les dernières années, en grande partie sous l’influence de la psychologie du raisonnement (Wason 1960, 1966, Evans & Frankish 2009) et de la recherche sur les heuristiques cognitives de traitement (Tversky & Kahneman 1974, Gigerenzer et al. 1999). Notre connaissance des mécanismes cognitifs présidant aux tâches liées au raisonnement – et à l’inférence plus généralement – progresse ainsi aujourd’hui en s’appuyant sur la démarche expérimentale. L’application de ces nouveaux cadres de recherche à l’étude de l’argumentation reste néanmoins souvent cantonnée à l’analyse quasi-exclusive des raisonnements déductifs. De surcroît, les aspects proprement langagiers de l’argumentation ne sont généralement traités que dans le cadre restreint de la persuasion. Cela permet certes d’identifier le rôle argumentatif joué par des structures linguistiques particulières, mais restreint bien souvent la recherche à la seule question de l’efficacité rhétorique de l’argumentation.

L’une des visées de ce colloque est aussi par conséquent de réunir des contributions se situant à l’interface cognition / argumentation qui intègreront prioritairement la dimension discursive et langagière de l’argumentation en traitant des questions suivantes (liste indicative et non exhaustive) : quelles sont les contreparties cognitives de la production et de la réception d’arguments ? Quels sont les facteurs/contraintes cognitives agissant sur le succès/l’échec rhétorique d’un énoncé argumentatif ? La nature fallacieuse de certains arguments ou schèmes argumentatifs peut-elle s’expliquer par la nature du traitement cognitif d’énoncés argumentatifs ? Quelles sont les différentes fonctions cognitives intervenant dans le traitement de l’argumentation, tant du point de vue de la production que de celui de la réception ?

***

Compte tenu de ce qui précède, le comité d’organisation :

  • encourage des propositions de communication portant directement sur les interrelations entre le langage (ses unités, ses niveaux, ses fonctions et modes de traitement), d’une part, et le fonctionnement de l’argumentation, d’autre part.
  • donnera la priorité aux propositions qui explicitent leur méthode et leurs catégories d’analyse et qui privilégient la description de données empiriques constituées en corpus ou provenant d’études expérimentales.
  • sélectionnera les propositions reçues sur la base d’une anonymisation des résumés.

Journées d’étude du LCP sur les « Approches empiriques de l’argumentation » (Paris, 7 et 8 juillet 2014)

L’équipe du GRAL est heureuse d’annoncer l’organisation de deux Journées d’étude consacrées aux « Approches empiriques de l’argumentation » qui se tiendront à Paris les 7 et 8 juillet 2014.

Approches empiriques de l’argumentation

Empirical Approaches to Argumentation

Ces deux JE sont organisées par Le Laboratoire Communication et Politique (CNRS, Paris), ICAR/ASLAN (CNRS, Lyon), le CRAL (EHESS, Paris) et l’UMR « Education, Formation, Travail et Savoirs », (CNRS/ENFA, Toulouse), avec le soutien de la Région Île-de-France.

Date : lundi 7 et mardi et 8 juillet 2014
Lieu : Laboratoire Communication et Politique
c/o IPJ, 24 rue Saint Georges, 75009 Paris

Ces journées visent à amorcer un dialogue entre chercheurs nord-américains et chercheurs francophones dans le domaine de l’argumentation. Les intervenants ont été sollicités sur la base d’un intérêt partagé pour la dimension descriptive des études en argumentation. Quels que soient les cadres théoriques dans lesquels s’inscrivent leurs approches de l’argumentation, et quelle que soit l’importance qu’y prend la préoccupation normative, ils considèrent que l’adossement à des données et l’entreprise de description d’argumentations authentiques sont au cœur des études en argumentation. Ils prêtent ainsi une attention soutenue aux mécanismes langagiers et aux processus interactionnels constitutifs de l’activité argumentative. Les deux journées se tiendront exclusivement en anglais.

– Amérique du Nord

o Jean Goodwin | Iowa State University
o Dale Hample | University of Maryland
o Catherine Hundleby | University of Windsor
o Sally Jackson | University of Illinois
o Scott Jacobs | University of Illinois
o Harry W. Weger | University of Central Florida

Recherches francophones

o Ruth Amossy | Université de Tel Aviv – Israel
o Marion Carel | CRAL / EHESS, Alfredo Lescano| CRAL / ENFA
o Michel Dufour| Université Paris 3
o Kris Lund| ICAR / CNRS, Matthieu Quignard| ICAR / CNRS
o Christian Plantin| ICAR / CNRS, Marianne Doury| LCP / CNRS

Soumission de Posters : Un créneau d’1h sera réservé à la présentation de posters proposés par des chercheurs ou étudiants du champ de l’argumentation. Si vous souhaitez présenter un poster (en anglais), vous pouvez envoyer une proposition (titre + résumé de 300 mots) avant le 10 juin à : UPR3255.empirarg@cnrs.frSeuls 10 posters pourront être affichés. Une réponse vous sera donnée le 15 juin, et les contraintes de présentation vous seront spécifiées.

Inscription : Pour assister aux journées, merci de renvoyer le formulaire d’inscription ci-joint à l’adresse suivante : UPR3255.empirarg@cnrs.fr. L’inscription est gratuite mais obligatoire car le nombre de places limité. Le programme sera communiqué fin mai sur le site du laboratoire Communication et Politique www.lcp.cnrs.fr, ainsi que sur diverses listes de diffusion.

Contact : Marianne DOURY / Chargée de recherche CNRS
Laboratoire Communication et Politique (UPR 3255)
24 rue Saint Georges – 75009 Paris

Télécharger le document de présentation

Télécharger le formulaire d’inscription

Programme du Colloque en rhétorique : « Le fragile et le flou » (ULB, 3-5 avril 2014)

L’équipe du GRAL est heureuse de diffuser le programme du Colloque international en rhétorique qui se tiendra du 3 au 5 avril 2014 à la Maison des Arts de l’ULB sous le titre : “Le fragile et le flou. Apprivoiser la précarité : un art rhétorique”.

Présentation de l’événement : Sous le titre « Le fragile et le flou. Apprivoiser la précarité : un art rhétorique », cette rencontre répond au désir de rendre hommage (au moins en creux) à un penseur original, un passeur, un précurseur même, bref, un maître, dont le nom n’évoque, aujourd’hui, plus grand-chose à personne (ou presque) : Eugène Dupréel (1879-1967). Plus exactement, il s’agit de mettre l’accent et d’explorer l’un des aspects originaux de sa pensée : l’idée ou principe de précarité dont la valeur est, pour lui, aussi bien technique que logique et épistémologique.

Précarité, le terme a de quoi surprendre. Il charrie, dans nos imaginaires collectifs, un monde trouble de représentations négatives ou dévalorisées. La précarité fait signe vers un manque, une menace, un risque. En elle, se logent, tout ensemble, flou, discontinuité, faiblesse. Autant de propriétés qui demeurent en porte-à-faux avec l’idéal de sécurité, de certitude et de transparence défendu, notamment, par les sociétés modernes. En somme, il ne fait pas bon être précaire. Plus précisément, il ne fait pas bon rester précaire. Au mieux, peut-il s’agir d’un état transitoire, d’un entre-deux (entre un vide et un plein), d’une voie d’accès à la stabilité.

Aussi, le présent colloque propose-t-il de mettre au défi nos réflexes sociaux et nos tropismes intellectuels ; il invite à une conversion du regard, à un changement radical de point de vue. Le but est d’éclairer les mécanismes de la précarité, de mieux comprendre le supplément qu’il peut y avoir à la reconnaître ou à l’insuffler, le prix particulier, supérieur qu’elle confère aux valeurs, aux arguments, aux notions (philosophiques, juridiques), aux choix, etc. Bref, dans quelle mesure, en quel sens et à quelles fins, un « moins » pourrait-il représenter un « plus » ? L’ambition est là : repenser l’articulation, la logique du lien entre force et faiblesse, plein et vide, ordre et désordre, rigueur et souplesse, apparences et réalité, pluralisme (des valeurs) et rationalité (des décisions). Le projet vise donc à réfléchir la valeur même (valeur pleine et forte) de la précarité, le surcroît d’efficacité qu’elle apporte, le recours pratique que peut représenter ce « manque » (ce moins) d’assurance et de contrôle – ou, mieux, cette chance de n’être pas assuré.

Disons-le sans détours, la rhétorique, domaine du plausible, du probable, du crédible, du flou, de l’ambigu, de l’indéterminé, du pluriel, de l’à peu près… est un monde traversé par la précarité. Un monde ouvert aux possibles et au doute, où il faut sans cesse (apprendre à) naviguer à vue. Après tout, la rhétorique n’est-elle pas un art qui consiste précisément à déclore le monde, à l’ouvrir ? Son horizon véritable n’est-il pas d’assouplir l’esprit, d’aider à pratiquer, à expérimenter notre précarité même, sans pour autant l’absolutiser, mais en l’assumant et en cherchant d’une certaine manière à l’apprivoiser ?

Finalement, notre visée principale reste de questionner les bénéfices de la parole rhétorique, ceux de sa pratique et de son expérience collective, tout en ayant dans l’idée de remettre le plein exercice de l’antique discipline au cœur du politique (au sens fort du terme) et de la citoyenneté.

Dates de la manifestation : 3-5 avril 2014
Lieu : Université Libre de Bruxelles – Maison des Arts
Email de contact : colloqueprecarite@gmail.com

Cet événement scientifique a reçu le soutien financier du F.R.S.-FNRS, du Centre de recherche en linguistique LaDisco, de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’ULB, et de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Liste des conférenciers invités

– Marc ANGENOT (Univ. McGill)
– Sémir BADIR (U. de Liège)
– Alain BERTHOZ (Collège de France)
– Michel BRIAND (U. de Poitiers)
– Pierre CHIRON (U. de Paris-Est)
– Emmanuelle DANBLON (ULB, GRAL)
– Manfred KRAUS (Université de Tübingen)
– Salvatore DI PIAZZA (U. de Palerme & ULB, GRAL)
– Sebastiano VECCHIO (U. de Catane)

Personne responsable : Loïc NICOLAS – loic.nicolas@ulb.ac.be

Télécharger le programme

Télécharger l’affiche de l’événement

Publications récentes (Discours social, 2012-2013) de Marc ANGENOT : Rhétorique de la confiance ; Fascisme, totalitarisme, religion séculière & Le rationnel et le raisonnable

Nous avons le plaisir de mettre en ligne deux publications récentes de notre collègue et ami, le Professeur Marc ANGENOT de l’Université McGill de Montréal (Titulaire de la Chaire James McGill d’étude du discours social) :

Fascisme, totalitarisme, religion séculière : trois concepts pour le 20e siècle (vol. 1), Discours social, 2013, 515 p.

Le rationnel et le raisonnable. Sur un distinguo de Chaïm Perelman, Discours social, 2012, 158 p.

Appel à contributions (AAD, n° 14, avril 2015) : « Le(s) discours de l’action collective »

Appel à contributions : « Le(s) discours de l’action collective »

Le n° 14 de la revue Argumentation et Analyse du Discours (AAD), dont la publication est prévue pour avril 2015, est placé sous la direction d’Eithan ORKIBI (U. d’Ariel, ADARR).

Argumentaire : Du « printemps arabe » au mouvement de « Occupy Wall Street » aux États-Unis, des tentes dressées dans les rues d’Israël aux manifestations sociales en Espagne et en Grèce, du mouvement « Femen » en Ukraine aux grèves contre la réforme des retraites en France – le monde autour nous ne cesse de bouger. Et la parole protestataire fait désormais l’objet de multiples recherches. Aux États-Unis, depuis les années 1960, tout un courant scientifique s’est consacré à l’exploration systématique de la « rhétorique des mouvements sociaux ». Dans l’espace francophone, de manière plus dispersée, les sciences de langage ont vu naître des travaux non moins éclairants tels que (pour n’en citer que quelques exemples) ceux de Jacques Guilhaumou sur le discours révolutionnaire, de Maurice Tournier sur les mots de la lutte sociale, ou de Marc Angenot sur les enjeux idéologique et politique du discours du conflit social. De plus, il existe un ensemble de travaux en sciences sociales parfois ignoré en science du langage qui, depuis les années 1980, s’intéressent aux processus de communication, de symbolisation et de construction discursive des significations dans l’action collective – une contribution particulièrement importante à l’étude des discours de l’action collective.

Le 14e numéro de la revue Argumentation et Analyse du discours a pour objectif d’explorer les dimensions discursives de l’action collective. Nous souhaitons approfondir notre compréhension scientifique et critique de la parole et des textes issus des processus et des pratiques sociaux comme la mobilisation et les protestations collectives ; la formation, le fonctionnement et la gestion des mouvements sociaux ; ou encore des activités plus organisées à l’intérieur des ONG (Organisations non-gouvernementales) ou des groupes d’intérêt. Nous nous intéressons à la manière dont le(s) discours de l’action collective permet(tent) d’un côté de la véhiculer et de la gérer (mobiliser, enthousiasmer, confronter des adversaires), et de l’autre côté, de construire, de formuler et de diffuser des idées, des symboles et des significations (revendications sociales, identités collectives, perception de la réalité sociale).

Modalités de soumission

– Les propositions peuvent être soumises sous la forme de résumés ou d’avant-projets de 1 000 mots (au maximum) dont l’acceptation vaudra encouragement mais non pas engagement de publication, jusqu’au 1er mars 2014.
– Les auteurs des propositions serons informés des décisions jusqu’au 1er avril 2014.
– Les propositions retenues devront être envoyées sous forme d’article (50 000 signes maximum, notes et bibliographies comprises) jusqu’au 1er septembre 2014.
– Les manuscrits seront lus, avec intérêt, par le comité éditorial de la revue et puis envoyés anonymement à deux spécialistes pour une évaluation finale.
– Les auteurs seront informés des résultats jusqu’au 1er novembre 2014.
– Les articles acceptés pour publication devront être renvoyés, après corrections (le cas échéant), jusqu’au 1er janvier 2015.
– La publication du numéro est prévue pour le 15 avril 2015

Contact : orkibi@gmail.com

Télécharger l’appel à contributions

Colloque international (Liège, 24-25 octobre) : « Figures du peuple : rhétorique et société »

COLLOQUE INTERNATIONAL

Liège – 24-25 octobre 2013
« Figures du peuple. Rhétorique et société »

Contacts :

Francois.Provenzano@ulg.ac.be
Emilie.Goin@ulg.ac.be

PROGRAMME

JEUDI 24 OCTOBRE 2013

09.00 – Accueil des participants et allocutions de bienvenue

09.30 – Émilie GOIN (Luxembourg/Liège) et François PROVENZANO (Liège) : « Énonciation, figures et société »

10.15 – Alain RABATEL (Lyon) : « À propos de deux stratégies opposées de caractérisation du peuple, ou comment catégoriser sans essentialiser »

11.00 Débat

11.15 Pause

11.30 – Alain VAILLANT (Paris) : « Les voix du peuple : une polyphonie en trompe-l’œil »

12.15 – Pierre POPOVIC (CRIST/Montréal) : « Le peuple en une syllepse. L’individuation collective dans Les Misérables de Victor Hugo »

13.00 Débat

13.15 Déjeuner

14.00 – Marc BONHOMME (Berne) : « Figures argotiques et construction d’un point de vue populaire dans les romans d’Alphonse Boudard »

14.45 – Laurent PERRIN (Paris) : « La voix de l’oralité dans le style de Céline : interjections, émotions et hyperboles »

15.30 Débat

15.45 Pause

16.00 – Nelly WOLF (Lille) : « Le peuple en toutes lettres »

VENDREDI 25 OCTOBRE 2013

09.00 – Dominique MAINGUENEAU (Paris) : « Le poète et les paysans. Réflexions à partir de Derniers sillons (1892) d’Emile Du Tiers »

09.45 – Jean-Pierre BERTRAND (Liège) : « Le peuple Rimbaud »

10.30 Débat

10.45 Pause

11.00 – Antoine JANVIER (Liège) : « L’intellectuel, le peuple et ses suppléments : remarques à partir du travail de Jacques Rancière »

11.45 Débat

12.00 Déjeuner

13.15 – Emmanuelle DANBLON (Bruxelles) : « Être citoyen : une fonction de la rhétorique qui s’apprend et qui s’exerce »

14.00 – Marianne DOURY (Paris) : « La place faite au peuple / la place prise par le peuple dans quelques dispositifs de démocratie participative »

14.45 Débat

15.00 Pause

15.15 – Aurélie TAVERNIER (Paris) : « L’expert participatif. Figures du savoir légitime à l’ère numérique »

16.00 Débat

16.15 – Jean-Marie KLINKENBERG (Liège) : Conclusions

Télécharger l’affiche de l’événement

Appel à communications – Colloque en rhétorique, 3-5 avril 2014 – « Le fragile et le flou »

L’équipe du GRAL est heureuse d’annoncer l’organisation d’un Colloque international en rhétorique du 3 au 5 avril 2014 à l’ULB. Cette manifestation a pour titre « Le fragile et le flou. Apprivoiser la précarité : un art rhétorique ». Nous vous invitons à consulter l’espace dédié sur le présent site.

Présentation de l’événement : Sous le titre « Le fragile et le flou. Apprivoiser la précarité : un art rhétorique », cette rencontre répond au désir de rendre hommage (au moins en creux) à un penseur original, un passeur, un précurseur même, bref, un maître, dont le nom n’évoque, aujourd’hui, plus grand-chose à personne (ou presque) : Eugène Dupréel (1879-1967). Plus exactement, il s’agit de mettre l’accent et d’explorer l’un des aspects originaux de sa pensée : l’idée ou principe de précarité dont la valeur est, pour lui, aussi bien technique que logique et épistémologique.

Précarité, le terme a de quoi surprendre. Il charrie, dans nos imaginaires collectifs, un monde trouble de représentations négatives ou dévalorisées. La précarité fait signe vers un manque, une menace, un risque. En elle, se logent, tout ensemble, flou, discontinuité, faiblesse. Autant de propriétés qui demeurent en porte-à-faux avec l’idéal de sécurité, de certitude et de transparence défendu, notamment, par les sociétés modernes. En somme, il ne fait pas bon être précaire. Plus précisément, il ne fait pas bon rester précaire. Au mieux, peut-il s’agir d’un état transitoire, d’un entre-deux (entre un vide et un plein), d’une voie d’accès à la stabilité.

Aussi, le présent colloque propose-t-il de mettre au défi nos réflexes sociaux et nos tropismes intellectuels ; il invite à une conversion du regard, à un changement radical de point de vue. Le but est d’éclairer les mécanismes de la précarité, de mieux comprendre le supplément qu’il peut y avoir à la reconnaître ou à l’insuffler, le prix particulier, supérieur qu’elle confère aux valeurs, aux arguments, aux notions (philosophiques, juridiques), aux choix, etc. Bref, dans quelle mesure, en quel sens et à quelles fins, un « moins » pourrait-il représenter un « plus » ? L’ambition est là : repenser l’articulation, la logique du lien entre force et faiblesse, plein et vide, ordre et désordre, rigueur et souplesse, apparences et réalité, pluralisme (des valeurs) et rationalité (des décisions). Le projet vise donc à réfléchir la valeur même (valeur pleine et forte) de la précarité, le surcroît d’efficacité qu’elle apporte, le recours pratique que peut représenter ce « manque » (ce moins) d’assurance et de contrôle – ou, mieux, cette chance de n’être pas assuré.

Disons-le sans détours, la rhétorique, domaine du plausible, du probable, du crédible, du flou, de l’ambigu, de l’indéterminé, du pluriel, de l’à peu près… est un monde traversé par la précarité. Un monde ouvert aux possibles et au doute, où il faut sans cesse (apprendre à) naviguer à vue. Après tout, la rhétorique n’est-elle pas un art qui consiste précisément à déclore le monde, à l’ouvrir ? Son horizon véritable n’est-il pas d’assouplir l’esprit, d’aider à « pratiquer », à expérimenter notre précarité même, sans pour autant l’absolutiser, mais en l’assumant et en cherchant d’une certaine manière à l’apprivoiser ?

Finalement, notre visée principale reste de questionner les bénéfices de la parole rhétorique, ceux de sa pratique et de son expérience collective, tout en ayant dans l’idée de remettre le plein exercice de l’antique discipline au cœur du politique (au sens fort du terme) et de la citoyenneté.

Dates de la manifestation : 3-5 avril 2014
Lieu : Université Libre de Bruxelles
Date limite pour l’envoi des propositions : 15 décembre 2013
Email de contact : colloqueprecarite@gmail.com

Personne responsable : Loïc NICOLAS (ULB, GRAL – F.R.S.-FNRS) – loic.nicolas@ulb.ac.be

Télécharger l’Appel à communications

Appel à contributions – Congrès SCER 2014 (Brock University, Canada, ON)

La Société Canadienne pour l’Étude de la Rhétorique (SCÉR) invite les chercheurs à soumettre des propositions de communication pour son Congrès annuel qui se tiendra en même temps que le Congrès 2014 de la Fédération Canadienne des Sciences Humaines (http://congress2014.ca) à Brock University (St. Catharines, Ontario) du 28 au 30 mai 2014.

Session thématique : « Rhétorique de la transgression » (Responsables : Loïc NICOLAS et Robert ALEXANDER)

Sessions générales : Comme chaque année, la SCÉR encourage les chercheurs-ses à soumettre des propositions sur des aspects plus généraux de la rhétorique :

• théorie de la rhétorique
• critique de la rhétorique / critique rhétorique
• histoire de la rhétorique
• la rhétorique dans la culture populaire
• médias et communication
• analyse du discours
• rhétorique du discours politique et social
• pédagogie de la communication / de l’argumentation
• la rhétorique et les médias
• sociolinguistique et sémiotique
• communication professionnelle et technique…

La communication ayant obtenu le prix de la meilleure communication présentée par un/e étudiant/e sera publiée dans la revue électronique de la société, Rhetor.

Date limite : 15 décembre 2013

Site de référencehttp://www.cssr-scer.ca/

Télécharger l’Appel à contributions

Parution : AAD, n°10 (« L’argumentation dans le discours politique », dir. Marc BONHOMME et Corinne ROSSARI)

Nous sommes heureux d’annoncer la parution du n°10 de la revue Argumentation et Analyse du Discours (AAD) consacré à « L’argumentation dans le discours politique » (dir. Marc BONHOMME et Corinne ROSSARI).

Sommaire du numéro

Marc Bonhomme et Corinne Rossari
Introduction

Alice Krieg-Planque
Un discours sur prescription : les « argumentaires » des partis politiques comme éléments de cadrage de la parole

Marc Bonhomme
Argumentation et interaction dans les brochures du Conseil fédéral suisse sur les votations populaires

Corinne Rossari
Phénomènes énonciatifs et argumentation dans les brochures du Conseil fédéral suisse sur les votations populaires

Yana Grinshpun
Discours manifestant et contestation universitaire (2009)

Roselyne Koren
La critique du discours des « anciens » médias « mise au Net » : un nouveau type d’argumentation politique ?

Alicja Kacprzak
Le pathos négatif en tant que trait du discours politique totalitaire

Raphaël Micheli
Les querelles de mots dans le discours politique : modèle d’analyse et étude de cas à partir d’une polémique sur le mot « rigueur »

Comptes rendus

Gilles Philippe
Serça, Isabelle. 2012. Esthétique de la ponctuation (Paris : Gallimard, coll. Blanche)

Alice Krieg-Planque
Maingueneau, Dominique. 2012. Les phrases sans texte (Paris : Colin)

Marianne Doury
Ballet, Marion. 2012. Peur, Espoir, Compassion, Indignation. L’appel aux émotions dans les campagnes présidentielles (1981-2007), Préface de Philippe Braud (Paris : Dalloz)

Roberta Martina Zagarella
Salvatore Di Piazza. 2011. Congetture e approssimazioni. Forme del sapere in Aristotele (Milano-Udine : Mimesis)

Morgan Donot
Serrano, Yeny. 2012. Nommer le conflit armés et ses acteurs en Colombie. Communication ou information médiatique ? (Paris : L’Harmattan)

Helena Nagamine Brandão
Orlandi, Eni P. 2011. La construction du Brésil. À propos des discours français sur la Découverte (Paris : L’Harmattan)

Site de référence

Call for papers : ISSA, 2014 (deadline : 1er octobre 2013)

L’appel à contributions pour le prochain Congrès de l’International Society for the Study of Argumentation (ISSA) vient de paraître. Cet évènement se tiendra à l’Université d’Amsterdam du 1er au 4 juillet 2014.

Date limite de soumission : 1er octobre 2013

Site du Congrès : http://www.conftool.pro/issa2014

Email de contact : issa-fgw@uva.nl

Télécharger le document de présentation

Conférenciers invités :

Frans H. van Eemeren (University of Amsterdam & ILIAS)
J. Anthony Blair (University of Windsor)
Jeanne Fahnestock (University of Maryland)

Journées d’étude : « L’émotion argumentée », 6-7 septembre 2012, Lyon

JOURNÉES D’ÉTUDE

« L’émotion argumentée » – 6-7 septembre 2012, Lyon

Organisateurs : Alain Rabatel, Ida Hekmat, Raphaël Micheli, université de Lyon 1, Lyon 2 et Lausanne
Lieu : IUFM, 5 rue Anselme, 69004, salles des Conseils

Jeudi 6 septembre 2012

9h Accueil et ouverture

9h30-10h10 1. Heike BALDAUF (Université de Lyon, ICAR) : « ‘S’il vous plaît messieurs les politiques TAI SEZ VOUS’ : des émotions au service de l’argumentation sur le répondeur de Là-bas, si j’y suis »

10h10-10h50 2. Ida HEKMAT (Université de Lyon 2, ICAR) : « L’émotion argumentée autour des ‘caricatures de Mahomet’ : entre proposition et rejet d’un ethos indigné »

10h50-11h10 Pause

11h10-11h50 3. Alina OPREA (Université de Lyon 2, ICAR, Université Babès-Bolyai, Cluj-Napoca) : « Expression et gestion des émotions dans des talk-shows télévisés de type conflictuel »

11-50-12h30 4. Marty LAFOREST (Université du Québec), Diane Vincent (Université Laval) et Olivier Turbide (Université Laval) : « Le discours du repentir: de l’émotion comme mode de gestion de crise »

12-45-14h Déjeuner

14h-14h40 5. Guylaine MARTEL (Université Laval) : « La place et la prise en charge de l’émotion dans l’argumentation entre les Lucides et les Solidaires »

14h40-15h20 6. Alain RABATEL (Université de Lyon 1, ICAR) : « ‘C’est cela être juge, c’est être capable de se mettre à la place des autres’ : empathie et émotions argumentées »

15h20-16h00 7. Danièle TORCK (Université d’Amsterdam) : « A propos d’une émotion, ‘l’indignation’, et de son argumentation : un regard sur la polémique Hessel »

16h00-16h20 Pause

16h20-17h00 8. Iva NOVAKOVA & Julie SORBA (Université de Grenoble 3, LIDILEM) : « De la combinatoire à l’argumentation : quel profil pour quelle stratégie rhétorique ? »

Vendredi 7 septembre 2012

9h30-10h10 9. Raphaël MICHELI (Université de Lausanne) : « Dire, montrer et étayer l’émotion : esquisse d’une typologie des modes de sémiotisation verbale de l’émotion ».

10h10-10h50 10. Alain RABATEL (Université de Lyon 1, ICAR) : « Écrire les émotions en mode empathique »

10h50-11h10 Pause

11h10-11h50 11. Nicole BIAGIOLI (Université de Nice, Sophia-Antipolis) : « Le Langage des fleurs, Rhétorique émotionnelle et ‘code discursif’ »

11-50-12h30 12. Domitille CAILLAT (Université de Lyon 2, ICAR) : « Le traitement multimodal des discours rapportés directs à l’oral : procédés argumentatifs du recours aux émotions »

12-45-14h Repas

14h-14h40 13. Michel MUSIOL (Université de Lorraine, INTERPSY), Daniel COULON (LORIA) et Annie KUYUMCUYAN (ATLIF), « Éléments de description et d’analyse des modalités d’atténuation de l’affect dans la dynamique de l’interaction verbale à visée thérapeutique »

14h40-15h20 14. Aurélie CLÉMENSON (Université de Grenoble 3, LIDILEM), «Émotion affirmée et émotion argumentée dans des productions de lycéens »

15h20-16h00 15. Claire POLO (Université de Lyon 2, ICAR) : « La mobilisation des émotions dans les débats entre élèves sur une question socio-scientifique: compétence discursive « spontanée » et indice des normes argumentatives des élèves »

16h00-16h20 Pause

16h20-17h00 16. Table ronde

ARGUMENT

Depuis quelques décennies, l’analyse des émotions a pris un essor important dans les études consacrées à l’argumentation comme en analyse du discours ou dans les sciences de communication et de l’information (Mots 75), suivant en cela un cours parallèle aux travaux des historiens sur la construction sociale et culturelle de la sensibilité et donc des émotions. Parallèlement, les travaux en psychologie cognitive ou en sociologie constructiviste ont souligné la rationalité de la réaction émotive liée à l’évaluation d’une situation. L’opposition raison vs émotions, telle qu’elle est pensée par Elias (comme si les sociétés – ou du moins la société occidentale… – redoublaient le trajet des individus, en allant des émotions infantiles au rationalisme de la maturité), est désormais contestée dans les sciences humaines. Ce mouvement n’est toutefois pas uniforme dans les études sur l’argumentation, car d’aucuns rejettent la dimension argumentative des émotions (Van Eemeren et Grootendorst) ou traitent de « l’argumentation dans la langue » (Ducrot, Carel) indépendamment de cette entrée. Quoi qu’il en soit, les émotions font depuis deux décennies l’objet d’approches multiples, productives, comme en témoignent les travaux de Plantin (cf. notamment sa collaboration avec Traverso et Doury pour le colloque de 1997, dont les actes sont publiés en 2000 et son ouvrage paru en 2011), ou encore trois colloques en 2011 : L’émotion, de l’espace privé à l’espace public, XIXe-XXIe siècles (Paris Ouest, Paris Est Créteil Val de Marne, Paris Diderot, Panthéon Assas, Versailles-Saint Quentin en Yvelines) ; Cognition, Emotion et communication (Sorbonne Nouvelle, Université de Chypre) ; Les passions collectives : culture, politique et société (AISS, Sorrento).

On se propose d’analyser la place des émotions en discours, en interaction, et, plus spécifiquement le rôle des émotions en tant qu’elles font l’objet d’une argumentation (Plantin 2005), et donc qu’elles sont argumentables (Walton). Ce faisant, sans évacuer le rôle d’adjuvant d’un processus argumentatif, on privilégiera l’analyse de leur rôle argumentatif explicite.

Les travaux, après expertises, feront l’objet de deux publications, dans les revues Semen (Presses universitaires de Franche-Comté) et Le Discours et la langue (Université libre de Bruxelles)

Call for contributions: Non-verbal means of argumentation (IPrA, 15 sept. 2012)

L’équipe du GRAL a le plaisir de diffuser l’appel à contribution de notre collègue Igor ZAGAR (Professeur de rhétorique et d’argumentation à l’Université de Ljubljana) pour la prochaine conférence de l’IPrA (International Pragmatics Association).

NON-VERBAL MEANS OF ARGUMENTATION

Call for contributions

The INTERNATIONAL PRAGMATICS ASSOCIATION (IPrA) was established in 1986 to represent the field of pragmatics in its widest interdisciplinary sense as a functional (i.e. cognitive, social, and cultural) perspective on language and communication (see website: http://ipra.ua.ac.be). IPrA has its conferences every second year, and from 1999 (Reims, France), I regularly contribute to them by organizing panels on argumentation (some of them were organized together with Jean Goodwin, U. of Iowa).
The next IPrA conference is going to take place in New Delhi, 8 – 13 September 2012 (see website: http://ipra.ua.ac.be/main.aspx?c=.CONFERENCE13), and on this occasion Leo Groarke (U. of Windsor) and I plan to organize a panel on Non-verbal means of argumentation; we would like to explore not just visual, musical (sonic), gestural (mimical) and emotional elements of argumentation, but also (and possibly focusing on) smell, taste and touch as possible contributors to argumentation.
The overall panel proposal should be submitted by September 15 2012, while individual proposal to be presented within the panel should be submitted by November 1 2012.

If you are interested in this adventurous enterprise, please contact me (igor.zzagar@gmail.com) and Leo (groarke@uwindsor.ca) not later than September 10, stating your interest in the panel, giving us a working title of your contribution, and a short description of what you are planning to do.

I should emphasize, however, that one has to be an IPrA member at the time of the submission as well as at the time of the conference.

Dr. Igor Ž. Žagar, PhD
Redni profesor retorike in argumentacije/Professor of Rhetoric and Argumentation
Pedagoški inštitut/Educational Research Institute (U. v Mariboru/U. of Maribor & U. na Primorskem/U. of Primorska)
Gerbičeva 62
1000 Ljubljana
Slovenia
Tel./Phone (+386 1) 4201 265
Fax: (+386 1) 4201 266
E-mail: igor.zzagar@gmail.com, igor.zagar@guest.arnes.si
WWW: www.igorzagar.net