Journées d’étude « Ecriture et témoignage » – 27 et 28 avril 2017

Dans le cadre du séminaire de recherche « Témoignage et écriture », deux journées d’étude sont organisées les 27 et 28 avril prochains à l’Université Saint-Louis, avec pour thème « Témoignage entre fiction et non fiction. Récits, postures, engagements ».

Cet événement est organisé par Grazia Berger, Cristal Huerdo, Isabelle Meuret, Chiara Nannicini et Hubert Roland.

Présentation

Le séminaire interuniversitaire de l’École Doctorale 3bis du F.R.S.-FNRS « Témoignage et Écriture » se penche sur la manière dont s’expriment les témoins directs ou indirects des grands événements politiques qui ont scandé le XXe siècle. Il aborde également les questions de fiction, notamment la manière dont celle-ci rend compte des récits traumatiques. Des rescapés des camps de concentration nazis aux Berlinoises livrées à elles-mêmes en 1945, de la guerre civile espagnole aux années de plomb en Italie en passant par la ségrégation aux USA, l’écriture et la fictionnalisation des témoignages sont au cœur des travaux ce séminaire.

En conclusion de quatre années de travail, nous consacrons deux journées d’étude à la complexité du statut épistémologique du témoignage, en posant ainsi la question des modalités de son énonciation. Bon nombre de récits de témoignage, basés sur la fiabilité de principe de leurs auteurs quant aux aspects réels et vécus d’événements passés ou présents, ont recours à des procédés narratifs, voire « créatifs », qui distinguent la catégorie des textes de non-fiction, dont l’intention est de favoriser l’adhésion du lecteur. Se pose ainsi le risque d’une frontière devenue instable entre fiction et réel, qui doit être évaluée à la lumière des questions  fondamentales qui animent notre séminaire : celles de l’engagement, de l’éthique et de la responsabilité.

Annette Wierworka, auteure de nombreux livres consacrés au témoignage, et Stef Craps, spécialiste des traumas et de leurs liens avec la mémoire, nous feront l’honneur d’être nos keynote speakers.

Voir le programme

Affiche de l’événement

Emmanuelle Danblon et Julie Dainville y présenteront une communication intitulée « Témoignage et prophétie en rhétorique »

Séminaire doctoral – Le témoignage dans l’Antiquité

La troisième et dernière séance du séminaire doctoral organisé cette année par le GRAL sera consacré au témoignage dans l’Antiquité. La séance se déroulera le vendredi 17 mars 2017, de 14h à 17h, au AW1.120 (campus du Solbosch).

Programme de la séance:

Charles Guérin (Université Paris-Est Créteil)

L’événement, la procédure et la vérité : la fonction testimoniale dans les tribunaux de la Rome républicaine

Daniel Heller-Roazen (Princeton University)

Témoigner de l’âme sensible. Synaisthêsis dans la tradition antique et médiévale

Sylvie Vanséveren (Université libre de Bruxelles)

« Témoin » : questions de motivation et d’étymologie

 

Contact:

Emmanuelle Danblon

Julie Dainville

Emmanuelle Danblon : chercheuse en résidence à l’IEA de Paris (à partir d’octobre 2015)

L’équipe du GRAL est heureuse d’annoncer qu’Emmanuelle DANBLON sera chercheuse invitée (en résidence) à l’Institut d’études avancées de Paris, à partir d’octobre 2015, et se consacrera au thème : « La fonction prophétique ».

RésuméCe projet entend répondre à la question : existe-t-il une fonction prophétique ? Quelles en sont les caractéristiques linguistiques, psychologiques et anthropologiques ? Peut-on lui reconnaître un statut institutionnel comme c’était le cas dans l’Antiquité ? Que recouvrirait-elle aujourd’hui ? La possibilité de croiser les développements actuels en neuroscience et l’approche rhétorique et anthropologique développée par l’Ecole de Bruxelles servirait de guide à ce projet. L’intention est de poser un regard naturaliste sur cette fonction du langage.

Reconnue de première importance dans l’histoire de l’humanité, elle n’est plus aujourd’hui considérée comme rationnelle alors même qu’elle constitue un phénomène très actuel pourtant totalement absent des institutions officielles mais présent en marge de celles-ci (tarologie, théories du complot sur Internet, la fonction prophétique investit des lieux cachés, occultes ou anonymes mais très prisés par les citoyens). Enfin, il semble qu’on retrouve l’ensemble des traits de cette fonction prophétique dans le genre testimonial (cf. Dulong) qui pose une question urgente à notre société : comment mettre en récit la parole des témoins qui vont disparaître et quel statut donner à ces récits dans la construction de la mémoire et de l’histoire ?

Site de référence

L’IEA de Paris est un centre de recherche dans le domaine des sciences humaines et sociales qui accueille des chercheurs internationalement reconnus pour des séjours de recherche de cinq à dix mois. L’institut organise dans ses locaux, situés à l’hôtel de Lauzun, des colloques et conférences en relation avec leur sujet de recherche et l’actualité scientifique.

Annonce de parution: « Carrières de témoins de conflits contemporains (3) Les témoins réflexifs, les témoins pollinisateurs »

L’équipe du GRAL est heureuse d’annoncer la parution du volume « Carrières de témoins de conflits contemporains (3): Les témoins réflexifs, les témoins pollinisateurs » édité par Béatrice Fleury et Jacques Walter aux PUN – Éditions Universitaires de Lorraine.

Commander le volume.

Au sommaire de ce volume:

Réflexivité et critique

Paul Bernard-Nouraud « ­ Une mémoire critique d’après Auschwitz : la
trajectoire testimoniale de l’oeuvre du Peintre Zoran Music »

Jacques Walter « ­ Le docteur François Wetterwald en réflexion (Mauthausen,
Ebensee) : un va-et-vient politique »

Audrey Alvès ­ « Réflexivité du témoignaire : Jean Hatzfeld et les témoins
rwandais »

Postérité

Emmanuelle Danblon, David Meyer « ­ À quelles conditions un témoin est-il
pollinisateur ? Une réflexion sur la figure de l’abeille dans le rôle du
prophète »

Fransiska Louwagie ­ « Après Maus : témoignage et bande dessinée dans l’¦uvre
de Michel Kichka »

Marilda Azulay « Tapiero, Estrella Israel Garzón ­ Dessiner à Terezin : les
leçons de Friedl Dicker-Brandeis »

Nadia Tahir ­ « Constituer un « vivier de témoins » : l’Association des
ex-détenus-disparus (AEDD) en Argentine »

Stimulations

Joceline Chabot « ­Un témoignage et ses résonances : Au pays de l’épouvante.
L’Arménie martyre »

Galyna Dranenko ­ « Autour du Prince jaune de Vassyl Barka : variations
hypertextuelles et modélisations axiologiques »

Sylvie Thiéblemont-Dollet ­ « Ousmane Sembène, une figure de témoin « metteur
en forme » et pollinisateur »

Béatrice Fleury ­ Louisette Ighilahriz et Henri Pouillot. « D’une victime à
l’autre, d’un témoin à l’autre »

Annonce de parution: « Qui sont les témoins oubliés dans le récit de la Shoah ? » par Emmanuelle Danblon et David Meyer

L’équipe du GRAL est heureuse d’annoncer la parution d’un article co-écrit par Emmanuelle Danblon et David Meyer:  « Qui sont les témoins oubliés dans le récit de la Shoah ? Réflexions croisées autour des notions de témoins, de prophètes et de passeurs ». Cet article est paru dans un numéro spécial de Questions de Communication, sous la direction de Béatrice Fleury et Jacques Walter: Carrières de témoins de conflits contemporains (2). Les témoins consacrés, les témoins oublié.