Journée d’études doctorales « Argumentation savante et argumentation profane »

La journée d’études doctorales « Argumentation savante et argumentation profane » se tiendrai le 2 juin 2017, de 09h30 à 16h00 à la MESHS de Lille.

Présentation de l’événement:

La journée est organisée par l’Ecole doctorale SHS et la MESHS dans le cadre du programme ADA et est destinée en premier lieu aux doctorants qui peuvent la valider par une attestation de présence dans le cadre de leur formation doctorale. Les journées sont aussi ouvertes à tous les chercheurs et membres du public intéressés. Le but de la journée est donc double : d’une part elle doit comporter un élément didactique qui aidera les doctorants à revenir de façon critique sur leurs objets et leurs propres modes de réflexion, d’autre part, elle a l’ambition d’être un véritable lieu d’échange entre chercheurs sur les différents niveaux d’argumentation, dites «savante» et «profane».

Emmanuelle Danblon présentera à cette occasion une communication intitulée « Un point de vue rhétorique sur la post-vérité ».

Programme

Appel à communications pour le Séminaire International d’Etudes sur Discours et Argumentation

Présentation:

Le SEDiAr réunit, tous les deux ans, les chercheurs impliqués à l’étude du discours et de l’argumentation, visant une réflexion sur l’interface entre ces deux objets d’étude sous diverses perspectives théoriques et méthodologiques. Après le SEDiAr à l’Université de l’État de Santa Cruz (UESC) en 2012, à l’Université Fédéral de Minas Gerais (UFMG) en 2014 et celui à l’Université Fédérale de Sergipe (UFS) en 2016, la quatrième édition aura lieu, du 14 au 16 Mars 2018, à l’Université de Buenos Aires (UBA), Departamento de Salud Pública y Humanidades Médicas, Calle Marcelo T. de Alvear, 2202, CABA, Buenos Aires, Argentine.

Voir l’appel

Journées d’étude « Ecriture et témoignage » – 27 et 28 avril 2017

Dans le cadre du séminaire de recherche « Témoignage et écriture », deux journées d’étude sont organisées les 27 et 28 avril prochains à l’Université Saint-Louis, avec pour thème « Témoignage entre fiction et non fiction. Récits, postures, engagements ».

Cet événement est organisé par Grazia Berger, Cristal Huerdo, Isabelle Meuret, Chiara Nannicini et Hubert Roland.

Présentation

Le séminaire interuniversitaire de l’École Doctorale 3bis du F.R.S.-FNRS « Témoignage et Écriture » se penche sur la manière dont s’expriment les témoins directs ou indirects des grands événements politiques qui ont scandé le XXe siècle. Il aborde également les questions de fiction, notamment la manière dont celle-ci rend compte des récits traumatiques. Des rescapés des camps de concentration nazis aux Berlinoises livrées à elles-mêmes en 1945, de la guerre civile espagnole aux années de plomb en Italie en passant par la ségrégation aux USA, l’écriture et la fictionnalisation des témoignages sont au cœur des travaux ce séminaire.

En conclusion de quatre années de travail, nous consacrons deux journées d’étude à la complexité du statut épistémologique du témoignage, en posant ainsi la question des modalités de son énonciation. Bon nombre de récits de témoignage, basés sur la fiabilité de principe de leurs auteurs quant aux aspects réels et vécus d’événements passés ou présents, ont recours à des procédés narratifs, voire « créatifs », qui distinguent la catégorie des textes de non-fiction, dont l’intention est de favoriser l’adhésion du lecteur. Se pose ainsi le risque d’une frontière devenue instable entre fiction et réel, qui doit être évaluée à la lumière des questions  fondamentales qui animent notre séminaire : celles de l’engagement, de l’éthique et de la responsabilité.

Annette Wierworka, auteure de nombreux livres consacrés au témoignage, et Stef Craps, spécialiste des traumas et de leurs liens avec la mémoire, nous feront l’honneur d’être nos keynote speakers.

Voir le programme

Affiche de l’événement

Emmanuelle Danblon et Julie Dainville y présenteront une communication intitulée « Témoignage et prophétie en rhétorique »

Journée d’étude interprofessionnelle « Les ficelles du complot »

La journée d’étude interprofessionnelle « Les ficelles du complot » se tiendra le mardi 24 janvier 2017 à l’Institut du Travail Social Régional d’Auvergne (ITSRA). Emmanuelle Danblon y proposera une réflexion sur les rhétoriques de la conspiration.

Programme de la journée

Les inscriptions et demandes d’informations se font auprès de Mme Savina Alvarez (savina.alvarez@justice.fr) ou de Mme Mathilde Vindevoghel (mathilde.vindevoghel@justice.fr)

Séminaire de Ruth Amossy au Collège de France

Ruth Amossy présentera, le 3 janvier 2017 à 17h30, un séminaire intitulé « Controverse littéraire et polémique publique » au Collège de France. Ce séminaire fera suite à la conférence inaugurale d’Antoine Compagnon, « De la littérature comme sport de combat », dans le cadre de la Chaire de littérature française moderne et contemporaine: histoire, critique, théorie.

Affiche de l’événement

Journée d’étude « Argumentation et rhétorique »

L’équipe du GRAL est heureuse d’annoncer la journée d’étude « Argumentation et rhétorique« , organisée dans le cadre du séminaire doctoral ADA (« argumenter, décider, agir »). Emmanuelle Danblon y présentera une conférence intitulée Les types de décision (délibératif et épidictique chez Aristote et Perelman).

La journée se tiendra le vendredi 25 mars 2016, de 09h30 à 17h00, à la Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société (MESHS) de Lille.

Voir le programme de l’événement

Appel à communications pour le colloque international « La rhétorique et les formes de la culture européenne. De la tradition aux défis contemporains »

Le colloque international La rhétorique et les formes de la culture européenne. De la tradition aux défis contemporains, organisé par Irena Buckley (VDU) et Loïc Nicolas (ULB), se tiendra les 6 et 7 mai 2016 à l’université Vytauto Didžiojo de Kaunas (Lituanie).

Voir l’appel à communications

Journée d’étude « Entre rhétorique et philologie »

La journée d’étude « Entre rhétorique et philologie: pour une réhabilitation des liens entre théorie et pratique » se tiendra le 11 février 2016 à l’Université libre de Bruxelles (Maison des Arts, avenue Jeanne 56).

Programme

10h00 – ouverture de la journée par Julie Dainville et Benoît Sans

10h15 – Francis GOYET

Penser par les exemples : le conciones, « bréviaire du rhétoricien »

11h00 – pause

11h15 – Pierre CHIRON

La philologie au secours de la rhétorique vivante : le cas du De inventione du Ps.-Hermogène

12h00 – Salvatore DI PIAZZA

Le strabisme de la rhétorique. Le statut épistémologique de la techne selon Aristote

12h45 – Déjeuner

14h00 – Cristina PEPE

À l’école de Rhodes : un modèle de rhetor à l’époque hellénistique

14h45 – Guillaume TEDESCHI

Du Lycée au Musée : l’utilisation des concepts rhétoriques aristotéliciens dans la philologie alexandrine

15h30 – pause

15h45 – Julie DAINVILLE

Rhétorique et réputation historique: le cas de la Pythie dans l’œuvre d’Hérodote

16h30 – Benoît SANS et Naïm VANTHIEGHEM

L’apprentissage de la rhétorique au regard de la papyrologie

17h15 – Emmanuelle DANBLON et Alain DELATTRE

Conclusion de la journée

 

Télécharger le programme

 

Organisation : Julie Dainville et Benoît Sans

Sous la direction scientifique d’Emmanuelle Danblon et Alain Delattre

 

Inscription souhaitée

Table ronde sur la vraisemblance

Une table ronde sur la vraisemblance se tiendra à l’Université libre de Bruxelles (local: AZ4.103) le 12 février 2016 de 14h00 à 17h00.

Programme:

Paul Aron (Université libre de Bruxelles) – Y a-t-il un « contrat de vraisemblance » littéraire ?

Il s’agira dans cette présentation d’examiner l’idée d’un «  contrat de vraisemblance  » dans le domaine littéraire. Le but est de voir quelle est encore l’actualité du concept : en avons-nous besoin pour analyser des oeuvres aujourd’hui, et si oui, selon quelles modalités  ? Peut-on parler « d’indicateurs de vraisemblance » narratifs et/ou métanarratifs ?

Salvatore Di Piazza (Università degli Studi di Palermo) – Imaginer la vérité. À propos de la notion grecque d’eikos

L’analyse sémantique de la notion grecque d’eikos, dont la traduction est «  vraisemblable  », « probable », renvoie aux concepts d’imagination et de ressemblance. Mais l’eikos concerne aussi le domaine de la vérité lorsqu’il n’y a pas de certitude ; par exemple dans le cas de la rhétorique, de la médecine et, en générale, des arts conjecturaux. Dans ces cas, la vérité est imaginée au nom d’une régularité — laquelle admet toutefois des exceptions. Or, c’est justement cette régularité qui nous permet de reconstruire le passé et le présent, et de prophétiser l’avenir moyennant une marge d’erreurs propre aux affaires humaines.

Marc Dominicy (Université libre de Bruxelles) – La vraisemblance et l’exemplarité de l’exception

La conception aristotélicienne de la vraisemblance poétique repose sur deux fondements. Nous trouvons, d’un côté, l’analyse du hasard (dans ses deux variétés) qui est issue de la « Physique » et, d’un autre côté, la définition de la mimésis à partir de la distinction entre individus et types. Si l’on tient compte de ces deux paramètres, on peut comprendre pourquoi l’exceptionnel (« l’invraisemblable » du sens commun) peut être source de « vraisemblance », et donc fournir une « exemplarité » qui ne dépende en aucune manière du retour fréquent de certains scénarios actionnels. Cette doctrine est parfaitement compatible avec des approches actuelles, en l’occurrence la théorie searlienne de l’Intentionnalité « comme-si » et la théorie des prototypes ou des stéréotypes.

Organisation et contact : Emmanuelle Danblon et Julie Dainville

Voir l’affiche de l’événement