Appel à communications pour le colloque international « La rhétorique et les formes de la culture européenne. De la tradition aux défis contemporains »

Le colloque international La rhétorique et les formes de la culture européenne. De la tradition aux défis contemporains, organisé par Irena Buckley (VDU) et Loïc Nicolas (ULB), se tiendra les 6 et 7 mai 2016 à l’université Vytauto Didžiojo de Kaunas (Lituanie).

Voir l’appel à communications

Annonce de parution: AAD n°15 – Approches empiriques de l’argumentation

L’équipe du GRAL est heureuse d’annoncer la parution du dernier numéro de la revue Argumentation et Analyse du Discours. Ce numéro, sous la direction de Marianne Doury, porte sur le thème des approches empiriques de l’argumentation.

Annonce de parution : « Rhétorique et citoyenneté » (sous la direction de Victor Ferry et Benoît Sans)

L’équipe du GRAL est heureuse d’annoncer la parution du nouveau numéro de la revue Exercices de rhétorique, édité par Victor Ferry et Benoît Sans. Ce numéro, qui a pour titre Rhétorique et citoyenneté, vise à réactualiser les concepts rhétoriques hérités de l’Antiquité et à montrer leur pertinence dans l’éducation et la formation du citoyen d’aujourd’hui.

Accéder au volume

Sommaire:

Partie I – Dossier : l’exercice rhétorique de la citoyenneté

Introduction: éduquer le regard rhétorique

Victor Ferry et Benoît Sans

Exercer l’invention ou (ré)inventer la controverse

Benoît Sans

Résister à la calomnie: Changeling de Clint Eastwood

Roberta Martina Zagarella

Le sophiste noir: l’assaut poétique de Muhammed Ali

Marco Mazzeo

La Déclaration préliminaire des Droits de l’Homme Numérique: un exercice pratique de l’utopie rhétorique

Emmanuelle Danblon et Ingrid Mayeur

Exercer l’empathie: étude de cas et perspectives didactiques

Victor Ferry

Partie II – Atelier: Réflexions sur l’exercice: autour du manuel de rhétorique d’Auguste Baron (1re éd. 1849)

Exercer et pratique la rhétorique dans la tradition humaniste de l’Ecole de Bruxelles: Auguste Baron, Eugène Dupréel, Chaïm Perelman

Loïc Nicolas

De la Rhétorique, ou de la composition oratoire et littéraire (2e éd. 1853: Préface et extraits)

Auguste Baron

Partie III – Document: Hélisenne de Crenne: Les quatre premiers livres des Eneydes (1541)

Hélisenne de Crenne: traduire, réécrire, amplifier Virgile au XVIe siècle

Ellen Delvallée

La Translation du quatrième Livres des Enéides de Virgile

Hélisenne de Crenne

Loïc NICOLAS interviendra sur les « théories du complot » ce samedi 20 juin (20h) chez les Sceptiques de Bruxelles

Les Rhétoriques de la conspiration

When?
Saturday, June 20 2015 at 8:00PM

Download iCalendar file
(e.g. import to Outlook or Google Calendar)

Where?
La fleur en papier doré
Rue des Alexiens 55
1000 Bruxelles

Who? : Loïc Nicolas

What’s the talk about? : Les explications par le complot envahissent notre existence sociale. Du 11 septembre à Charlie Hebdo en passant par la crise en Ukraine et l’État islamique : rien ne paraît résister à l’emprise de tels discours. Rejet des thèses officielles, défiance à l’égard des institutions, goût de l’intrigue, tentations déterministes, ces discours abondent ; ces discours persuadent. Comment construisent-ils du sens et des arguments ? Comment et pourquoi sont-ils si persuasifs ? La conférence abordera cette problématique en suivant la démarche rhétorique et en analysant les mécanismes internes propres aux discours de la conspiration.

Loïc NICOLAS est docteur en rhétorique et chargé de recherches du F.R.S.-FNRS. Avec Emmanuelle DANBLON (Professeur de rhétorique à l’ULB, responsable du GRAL), il a dirigé Les Rhétoriques de la conspiration, ouvrage paru en 2010 aux Éditions du CNRS. Cet ouvrage rassemble des réflexions théoriques et des études de cas issues de plusieurs disciplines des sciences humaines et sociales.

Annonce Facebook

Site de référence

Publication des actes du Congrès 2014 de l’Association Canadienne de Rédactologie (ACR/CASDW) : Articles de Victor Ferry, Benoît Sans et Loïc Nicolas

L’équipe du GRAL est heureuse d’annoncer la publication des Actes du Congrès 2014 de l’Association Canadienne de Rédactologie (ACR/CASDW) qui s’est tenu à Saint Catherines, Ontario, Canada (Brock University) sur le thème : « Borders without Boundaries: Research and Pedagogy in Writing and Discourse ». Au titre des activités du GRAL, le recueil, édité par Jo-Anne André, comprend :

  • un article de Victor FERRY et Benoît SANS : « Educating Rhetorical Consciousness » ;
  • et un autre de Loïc NICOLAS : « Rhetoric with a Human Face: Practicing Argumentation for Emancipation ».
Présentation de l’ACR/CASDW : The Canadian Association for the Study of Discourse and Writing (CASDW) is a bilingual scholarly association dedicated to advancing the study and teaching of discourse, writing, and communication in academic and nonacademic settings—higher education, business, government, and nonprofit organizations. For this purpose, CASDW brings together researchers, teachers, and practitioners from diverse disciplines and professions—English, Education, Engineering, Business, the Humanities, the Social Sciences, the Natural Sciences, and others—who study and teach both written and oral communication, including visual and digitally mediated communication. Members come from across Canada and the US.

Consulter le site de la société

Télécharger l’ouvrage au format .pdf (2014 CASDW/ACR)

Mise en ligne du site internet dédié à Chaïm Perelman et à ses archives : http://perelman.ulb.be

L’équipe du GRAL est heureuse et fière d’annoncer la mise en ligne d’un site internet http://perelman.ulb.be dédié à Chaïm Perelman (1912-1984) et à ses archives. Il s’agit là d’une réalisation du GRAL financée par le F.R.S.-FNRS.

PrésentationLogicien, philosophe, juriste, activement impliqué dans la vie communautaire juive, Chaïm Perelman (1912-1984) a mené durant la seconde moitié du XXe siècle une activité scientifique intense, riche d’échanges intellectuels et culturels. Professeur à l’Université libre de Bruxelles, il a fait fructifier l’héritage du philosophe Eugène Dupréel et a fondé la Nouvelle Rhétorique, dont il publiera les principes dans le Traité de l’argumentation (1958) écrit en collaboration avec sa collègue et amie, Lucie Olbrechts-Tyteca. Cette œuvre majeure produit un changement de perspective dans l’étude des moyens de persuasion, brisant radicalement le cadre cartésien traditionnel : les auteurs y intègrent les apports de la rhétorique aristotélicienne en soulignant l’importance du raisonnable, intimement lié à l’exercice de la raison pratique.

Objectifs : Ce site a pour but de renseigner l’utilisateur sur la vie et l’œuvre du philosophe, par une série de textes illustrés de documents iconographiques et d’entretiens inédits. Il donne accès à des ressources utiles : biographie, articles numérisés, interviews et instruments de recherche dans le contenu du fonds « Chaïm Perelman » de l’Université libre de Bruxelles.

Remarque : Le projet scientifique consacré aux Archives « Chaïm Perelman » prendra fin en 2017. Des mises à jour sont prévues jusqu’à ce terme. On développera prochainement une version du site en langue anglaise (2016), ainsi qu’une application permettant l’extraction automatique d’entités nommées dans la correspondance sortante de Chaïm Perelman. En outre, la base de données Pallas sera enrichie d’un aperçu des collections du fonds « Fela and Chaïm Perelman » de l’United States Holocaust Memorial Museum de Washington.

Contacts

Pr Emmanuelle DANBLON
Directrice scientifique du projet Archives Perelman : edanblon@ulb.ac.be

M. Didier DEVRIESE
Directeur des Archives de l’ULB : didier.devriese@ulb.ac.be

Administration du site et de la base de données : gral@ulb.ac.be

La valeur du désaccord, 5-6 mai 2015 (UCO, Angers)

L’équipe du GRAL a le plaisir d’annoncer la tenue d’un colloque international et pluridisciplinaire, organisé par Jérôme Ravat (CURAPP, Université de Picardie Jules Verne) et Albin Wagener (CoDiRe/LICIA, Université de Nantes/UCO), autour de la valeur du désaccord à l’Université Catholique de l’Ouest à Angers.

Loïc NICOLAS y donnera une conférence en séance plénière sur le thème : « La peur du désaccord et ses conséquences en démocratie : une approche rhétorique ».

Le désaccord, qu’il soit exprimé dans le domaine public ou la sphère privée, a alimenté des études disciplinaires et interdisciplinaires nourries, du fait notamment de sa mauvaise réputation.  Quand il persiste et semble insoluble, le désaccord est en effet le plus souvent perçu comme un échec de la communication, a minima, ou de la capacité d’échanger de façon rationnelle. Ainsi, il refléterait  l’incapacité pour les individus ou les groupes de parvenir à un consensus ou à un compromis. La tradition philosophique, les sciences du langage et les sciences sociales semblent à ce titre majoritairement accepter l’idée selon laquelle le désaccord doit être surmonté au profit d’un accord sur ce qui est jugé vrai ou raisonnable.

Site de référence

Annonce de parution : « Charlie Hebdo ou la société malade de son verbe » par Loïc NICOLAS (La Cité, avril 2015)

L’équipe du GRAL est heureuse d’annoncer la parution d’un article de Loïc NICOLAS intitulé « Charlie Hebdo ou la société malade de son verbe » dans le numéro d’avril 2015 du journal suisse La Cité (p. 22-23).

Résumé : L’effervescence médiatique est retombée, mais les attentats de Paris n’en finissent pas de mettre en question nos modes de pensée et même notre langage. Docteur en rhétorique et Chargé de recherches à l’Université libre de Bruxelles, Loïc Nicolas diagnostique les maux des mots.

Télécharger l’article

Site de référence du journal La Cité

Interview de Loïc Nicolas par William Irigoyen : « Analyser la mécanique conspirationniste »

La nouvelle revue Panorama des idées (n°1, février 2015, p. 157-165) vient de faire paraître une longue interview  de Loïc NICOLAS (par le journaliste William IRIGOYEN) sur le thème : « Analyser la mécanique conspirationniste ».

Télécharger le texte de l’interview

Site de référence

Présentation de la revue : sous la codirection d’Emmanuel Lemieux et Jean-Marie Durand, une dizaine de journalistes tente de dresser le panorama mouvant des idées (et de ceux qui les font ou les diffusent) qui façonnent l’époque et le monde de demain.

Débat sur les « théories du complots » avec Loïc Nicolas : 26 février (Bruxelles Laïque)

Loïc NICOLAS participera à un débat ce jeudi 26 février à Bruxelles Laïque sur le thème : « Coïncidences ? Les théories du complot décortiquées ».

RésuméSi les théories du complot n’incarnent pas un phénomène nouveau,  elles sont perpétuellement remises sur le devant de la scène en réaction aux actualités du monde. Conspirations, manipulations mondiales et géostratégiques, liens simplistes entre des événements  distincts… autant de questions qui circulent et se propagent et auxquelles la rationalité ne semble pas apporter de réponses satisfaisantes. Comment se construisent ces « rumeurs » ? Sur quelles logiques rhétoriques reposent-elles ? Quelles fonctions politiques et subjectives occupent-elles ? À l’heure d’Internet, de ses multiples possibilités d’accès à l’information et de propagation de contenus en tous genres, comment donner les moyens à tou.te.s de douter de manière éclairée ?

Avec Loïc Nicolas (rhétoricien, ULB), Jacinthe Mazocchetti (Anthropologue, UCL), Guillaume Brossard (Hoaxbuster).

Adresse : 18-20 av. de Stalingrad – 1000 Bruxelles

Site de référence

Entrée libre, réservation souhaitée au 02/289.69.00 ou bruxelles.laique@laicite.be

Annonce de parution : Argumentation et Analyse du Discours (AAD) no. 13 “Varia”

L’équipe du GRAL est heureuse d’annoncer la parution du 13e numéro (Varia) de la revue Argumentation et Analyse du Discours – AAD. A lire notamment deux articles rédigés par des membres du GRAL : Loïc NICOLAS : « L’évidence du complot : un défi à l’argumentation. Douter de tout pour ne plus douter du tout », et Benoît SANS : « La « malédiction » d’Apulée : une interprétation pragmatique et rhétorique ».

Retrouvez AAD sur revue.org

13 | 2014
Varia

Marc Angenot

La rhétorique de la qualification et les controverses d’étiquetage

The Rhetoric of Qualification: Labelling Controversies

Rubens Damasceno Morais

La recatégorisation comme procédé argumentatif dans le domaine juridique

The Mechanism of “Argumentative Recategorization” in the Legal Area

Loïc Nicolas

L’évidence du complot : un défi à l’argumentation. Douter de tout pour ne plus douter du tout

The Evidence of Conspiracy: a Challenge to Argumentation. Doubting everything, so as not to doubt at all

Damon Mayaffre et Mahé Ben Hamed

Récits de mort et souvenir traumatique. Trames et traces lexicales des témoignages sur la Shoah

Death Narrative and Traumatic Memory: Narrative Spine and Lexical Traces in Testimonies of Holocaust Survivors

Sylvie Housiel

La perception de l’ennemi dans les lettres des combattants français de la Grande Guerre

The Perception of the Enemy in French First World War Soldiers’ Letters

Nanourougo Coulibaly

Posture discursive et victoire électorale : le cas d’Ibrahim Boubacar Keïta au Mali

Discursive Posture and Election Victory: The Case of Ibrahim Boubacar Keïta in Mali

Benoît Sans

La « malédiction » d’Apulée : une interprétation pragmatique et rhétorique

The ‘Curse’ of Apuleius: a Pragmatic and Rhetorical Interpretation

Manfred Kienpointner

La liberté ou la mort. Les arguments émotionnels dans les Philippiques de Cicéron

Freedom or death: Emotional Arguments in Cicero’s Philippics

Comptes rendus

Roselyne Koren

Frydman, Benoît et Michel Meyer (éds). 2012. Chaïm Perelman (1912-2012). De la nouvelle rhétorique à la logique juridique (Paris : Presses Universitaires de France, L’interrogation philosophique)

Ruth Amossy

Gage, John T. (ed.). 2011. The Promise of Reason. Studies in the New Rhetoric (Carbondale & Edwardswille : Southern Illinois University Press)

Eliane Damette

Goltzberg, Stefan. 2013. Perelman. L’argumentation juridique (Paris : Michalon, coll. Le bien commun)

Programme du Colloque en rhétorique : « Le fragile et le flou » (ULB, 3-5 avril 2014)

L’équipe du GRAL est heureuse de diffuser le programme du Colloque international en rhétorique qui se tiendra du 3 au 5 avril 2014 à la Maison des Arts de l’ULB sous le titre : “Le fragile et le flou. Apprivoiser la précarité : un art rhétorique”.

Présentation de l’événement : Sous le titre « Le fragile et le flou. Apprivoiser la précarité : un art rhétorique », cette rencontre répond au désir de rendre hommage (au moins en creux) à un penseur original, un passeur, un précurseur même, bref, un maître, dont le nom n’évoque, aujourd’hui, plus grand-chose à personne (ou presque) : Eugène Dupréel (1879-1967). Plus exactement, il s’agit de mettre l’accent et d’explorer l’un des aspects originaux de sa pensée : l’idée ou principe de précarité dont la valeur est, pour lui, aussi bien technique que logique et épistémologique.

Précarité, le terme a de quoi surprendre. Il charrie, dans nos imaginaires collectifs, un monde trouble de représentations négatives ou dévalorisées. La précarité fait signe vers un manque, une menace, un risque. En elle, se logent, tout ensemble, flou, discontinuité, faiblesse. Autant de propriétés qui demeurent en porte-à-faux avec l’idéal de sécurité, de certitude et de transparence défendu, notamment, par les sociétés modernes. En somme, il ne fait pas bon être précaire. Plus précisément, il ne fait pas bon rester précaire. Au mieux, peut-il s’agir d’un état transitoire, d’un entre-deux (entre un vide et un plein), d’une voie d’accès à la stabilité.

Aussi, le présent colloque propose-t-il de mettre au défi nos réflexes sociaux et nos tropismes intellectuels ; il invite à une conversion du regard, à un changement radical de point de vue. Le but est d’éclairer les mécanismes de la précarité, de mieux comprendre le supplément qu’il peut y avoir à la reconnaître ou à l’insuffler, le prix particulier, supérieur qu’elle confère aux valeurs, aux arguments, aux notions (philosophiques, juridiques), aux choix, etc. Bref, dans quelle mesure, en quel sens et à quelles fins, un « moins » pourrait-il représenter un « plus » ? L’ambition est là : repenser l’articulation, la logique du lien entre force et faiblesse, plein et vide, ordre et désordre, rigueur et souplesse, apparences et réalité, pluralisme (des valeurs) et rationalité (des décisions). Le projet vise donc à réfléchir la valeur même (valeur pleine et forte) de la précarité, le surcroît d’efficacité qu’elle apporte, le recours pratique que peut représenter ce « manque » (ce moins) d’assurance et de contrôle – ou, mieux, cette chance de n’être pas assuré.

Disons-le sans détours, la rhétorique, domaine du plausible, du probable, du crédible, du flou, de l’ambigu, de l’indéterminé, du pluriel, de l’à peu près… est un monde traversé par la précarité. Un monde ouvert aux possibles et au doute, où il faut sans cesse (apprendre à) naviguer à vue. Après tout, la rhétorique n’est-elle pas un art qui consiste précisément à déclore le monde, à l’ouvrir ? Son horizon véritable n’est-il pas d’assouplir l’esprit, d’aider à pratiquer, à expérimenter notre précarité même, sans pour autant l’absolutiser, mais en l’assumant et en cherchant d’une certaine manière à l’apprivoiser ?

Finalement, notre visée principale reste de questionner les bénéfices de la parole rhétorique, ceux de sa pratique et de son expérience collective, tout en ayant dans l’idée de remettre le plein exercice de l’antique discipline au cœur du politique (au sens fort du terme) et de la citoyenneté.

Dates de la manifestation : 3-5 avril 2014
Lieu : Université Libre de Bruxelles – Maison des Arts
Email de contact : colloqueprecarite@gmail.com

Cet événement scientifique a reçu le soutien financier du F.R.S.-FNRS, du Centre de recherche en linguistique LaDisco, de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’ULB, et de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Liste des conférenciers invités

– Marc ANGENOT (Univ. McGill)
– Sémir BADIR (U. de Liège)
– Alain BERTHOZ (Collège de France)
– Michel BRIAND (U. de Poitiers)
– Pierre CHIRON (U. de Paris-Est)
– Emmanuelle DANBLON (ULB, GRAL)
– Manfred KRAUS (Université de Tübingen)
– Salvatore DI PIAZZA (U. de Palerme & ULB, GRAL)
– Sebastiano VECCHIO (U. de Catane)

Personne responsable : Loïc NICOLAS – loic.nicolas@ulb.ac.be

Télécharger le programme

Télécharger l’affiche de l’événement

Journée d’étude du GRAL : « Les fonctions de l’épidictique : pratiques et frontières » (12 décembre 2013, ULB)

JOURNÉE D’ÉTUDE DU GRAL

Les fonctions de l’épidictique.
Pratiques et frontières

Jeudi 12 décembre 2013

Le genre de l’éloge et du blâme, que la tradition a conservé jusqu’à aujourd’hui sous le nom d’« épidictique », représente, trop souvent, le parent pauvre des études rhétoriques. Elles n’en retiennent, à de rares exceptions, que des traits convenus et généraux. Comme si, face à la puissance argumentative, face au sérieux viril du judiciaire et du délibératif, le genre épidictique – associé aux paroles dérisoires et aux discours convenus ; aux populistes et aux propagandistes de tout poil – ne pouvait occuper une place de choix dans la cité ni dans les esprits. Force est d’ailleurs de constater combien nos démocraties européennes, démocraties modernes, avides de transparence et d’expertise, n’ont cessé d’en réduire le rôle et les prérogatives dans nos institutions. À l’évidence, il demeure un véritable malaise, une méfiance, voir une défiance scientifique, sans doute aussi politique et éthique, face à ce genre de discours dont on ne sait trop que faire faute de le pratiquer, meilleure manière d’en éprouver les potentialités et la valeur. Cette Journée d’étude du GRAL invite à redonner un peu de consistance à ce genre-là. Il s’agit de repenser sa place dans le champ rhétorique, d’en explorer les outils, les ressources, mais aussi les détours sur lesquels s’appuie sa pratique, d’en questionner les usages (discrets ou ignorés) autant que les frontières. Quelles sont les fonctions (sociales, politiques, psychologiques) du genre épidictique ? Comment le pratique-t-on ? Peut-on s’y exercer ? Quels sont ses rapports à l’argumentation ? Quelle place accorder au blâme ? Quel est son statut face aux deux autres genres rhétoriques ? Comment s’articulent, en son sein, les couples : concorde / discorde ; accord / désaccord ? Autant de questions qui viendront nourrir nos travaux et les discussions de cette journée du GRAL consacrée à un genre qui pour être mal compris, n’en constitue pas moins, étrange paradoxe, la pierre angulaire d’une rhétorique bien comprise.

PROGRAMME

Claudie MARTIN-ULRICH (U. de Pau) : « Parénétique de la consolation. »
• Discutant : Emmanuelle DANBLON (ULB, GRAL)

Marco MAZZEO (U. de la Calabre) : « Une frontière de l’épidictique : l’ordalie et la pensée en action. »
• Discutant : Victor FERRY (F.R.S.-FNRS – ULB, GRAL)

Camille RAMBOURG (U. de Paris-Est) : « Éloge / blâme et prévention de l’auditeur : une frontière du genre épidictique. »
• Discutant : Benoît SANS (F.R.S.-FNRS – ULB, GRAL)

Loïc NICOLAS (F.R.S-FNRS – ULB, GRAL) : « L’épidictique de Chaïm Perelman : assise et pivot de l’édifice rhétorique. »
• Discutant : Salvatore DI PIAZZA (U. de Palerme, Eikos & ULB, GRAL)

La journée d’étude se tiendra de 10h00 à 17h00
Université Libre de Bruxelles (Campus du Solbosch)
Maison des Arts – Av. Jeanne, 56
1050 Bruxelles

Informations : gral@ulb.ac.be
Site de référence : http://gral.ulb.ac.be

Télécharger l’argumentaire de la rencontre

Télécharger le programme

Appel à communications – Colloque en rhétorique, 3-5 avril 2014 – « Le fragile et le flou »

L’équipe du GRAL est heureuse d’annoncer l’organisation d’un Colloque international en rhétorique du 3 au 5 avril 2014 à l’ULB. Cette manifestation a pour titre « Le fragile et le flou. Apprivoiser la précarité : un art rhétorique ». Nous vous invitons à consulter l’espace dédié sur le présent site.

Présentation de l’événement : Sous le titre « Le fragile et le flou. Apprivoiser la précarité : un art rhétorique », cette rencontre répond au désir de rendre hommage (au moins en creux) à un penseur original, un passeur, un précurseur même, bref, un maître, dont le nom n’évoque, aujourd’hui, plus grand-chose à personne (ou presque) : Eugène Dupréel (1879-1967). Plus exactement, il s’agit de mettre l’accent et d’explorer l’un des aspects originaux de sa pensée : l’idée ou principe de précarité dont la valeur est, pour lui, aussi bien technique que logique et épistémologique.

Précarité, le terme a de quoi surprendre. Il charrie, dans nos imaginaires collectifs, un monde trouble de représentations négatives ou dévalorisées. La précarité fait signe vers un manque, une menace, un risque. En elle, se logent, tout ensemble, flou, discontinuité, faiblesse. Autant de propriétés qui demeurent en porte-à-faux avec l’idéal de sécurité, de certitude et de transparence défendu, notamment, par les sociétés modernes. En somme, il ne fait pas bon être précaire. Plus précisément, il ne fait pas bon rester précaire. Au mieux, peut-il s’agir d’un état transitoire, d’un entre-deux (entre un vide et un plein), d’une voie d’accès à la stabilité.

Aussi, le présent colloque propose-t-il de mettre au défi nos réflexes sociaux et nos tropismes intellectuels ; il invite à une conversion du regard, à un changement radical de point de vue. Le but est d’éclairer les mécanismes de la précarité, de mieux comprendre le supplément qu’il peut y avoir à la reconnaître ou à l’insuffler, le prix particulier, supérieur qu’elle confère aux valeurs, aux arguments, aux notions (philosophiques, juridiques), aux choix, etc. Bref, dans quelle mesure, en quel sens et à quelles fins, un « moins » pourrait-il représenter un « plus » ? L’ambition est là : repenser l’articulation, la logique du lien entre force et faiblesse, plein et vide, ordre et désordre, rigueur et souplesse, apparences et réalité, pluralisme (des valeurs) et rationalité (des décisions). Le projet vise donc à réfléchir la valeur même (valeur pleine et forte) de la précarité, le surcroît d’efficacité qu’elle apporte, le recours pratique que peut représenter ce « manque » (ce moins) d’assurance et de contrôle – ou, mieux, cette chance de n’être pas assuré.

Disons-le sans détours, la rhétorique, domaine du plausible, du probable, du crédible, du flou, de l’ambigu, de l’indéterminé, du pluriel, de l’à peu près… est un monde traversé par la précarité. Un monde ouvert aux possibles et au doute, où il faut sans cesse (apprendre à) naviguer à vue. Après tout, la rhétorique n’est-elle pas un art qui consiste précisément à déclore le monde, à l’ouvrir ? Son horizon véritable n’est-il pas d’assouplir l’esprit, d’aider à « pratiquer », à expérimenter notre précarité même, sans pour autant l’absolutiser, mais en l’assumant et en cherchant d’une certaine manière à l’apprivoiser ?

Finalement, notre visée principale reste de questionner les bénéfices de la parole rhétorique, ceux de sa pratique et de son expérience collective, tout en ayant dans l’idée de remettre le plein exercice de l’antique discipline au cœur du politique (au sens fort du terme) et de la citoyenneté.

Dates de la manifestation : 3-5 avril 2014
Lieu : Université Libre de Bruxelles
Date limite pour l’envoi des propositions : 15 décembre 2013
Email de contact : colloqueprecarite@gmail.com

Personne responsable : Loïc NICOLAS (ULB, GRAL – F.R.S.-FNRS) – loic.nicolas@ulb.ac.be

Télécharger l’Appel à communications